WAI FERME SES PORTES ;o;
Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 One day, two days, three days, four days...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: One day, two days, three days, four days...   Dim 17 Mar 2013 - 17:29



... Nae siganeul da sseul mankeum.


La pénombre régnait sur l'île brumeuse. Le froid s'était injecté dans les veines de Jan Bom tel un stupéfiant que l'on aurait prescrit. La mer était calme, les vaguelettes s'échouaient sur la plage et cognaient contre les poteaux fragiles du quai. Elle s'était assise, au bord de celui-ci, les mains croisées sagement sur ses genoux palis par la météo et recouverts de cicatrices et brûlures.
Toutes ses blessures étaient le fruit de ses ébats avec Jason. Depuis qu'ils se connaissent, ils ne cessaient de se chevaucher un peu partout et même dans les endroits les plus inconfortables de l'île.... D'ailleurs, son dos ne s'était pas remis de leur première fois l'un avec l'autre. Depuis qu'il l'avait adossé à cet arbre, sa peau était toute asséchée et elle n'arrêtait pas de peler et de re peler. Elle avait fait promettre à son partenaire de ne plus jamais la prendre contre ne serait-ce qu'un bout d'écorce.

Aujourd'hui, ils ne s'étaient même pas touchés. A vrai dire, ils ne s'étaient pas vus du tout. Peut-être que Jason la cherchait en rûte dans la forêt; il grimpait certainement dans les arbres et plissait les yeux dès qu'il voyait quelque chose bouger. Malheureusement pour lui, sa Coréenne n'y avait pas mis les pieds de la journée. Elle n'avait quitté sa cabane que lorsque la nuit fût tombée et elle avait longuement marché le long du sable jusqu'à ce qu'elle fût arrivée ici.

Elle se remémora alors le jour de son arrivé. Elle avait tout d'abord cru à un rêve et elle s'était baladée entre les corps des autres étudiants dans l'idée qu'elle allait se réveiller dans peu de temps. Elle avait parcouru un bout de chemin, surprise par tout ce que son imagination avait pu inventé et elle s'était assise sur une roche pour observer son collier et en comprendre son mystère. Mais jamais Jan Bom ne se réveilla et c'est uniquement au bout de quelques jours qu'elle s'en était rendu compte. Mais ça ne la dérangeait pas tant que ça; que tout ceci ne soit pas un de ses songe.
Même ses délires les plus fous n’auraient pu créer Jason.

Un étrange bruit vint briser le pseudo silence que les vagues avaient fondé. Jan Bom perdit le fil de ses pensés et releva sa tête ronde face à la mer. Elle la pencha légèrement sur le côté. Elle scruta, ensuite, avec soin l'eau et la brume qui cachait l'horizon. Entre la lumière que procurait la lune et le voile nuageux, une ombre tremblante s'avançait désormais dans un nouveau silence devenu inquiétant.
La jeune femme se leva brusquement et serra ses poings qui devinrent vite rouges. Elle fixait avec ardeur la forme de pétrole qui grandissait millimètre par millimètre. Et encore, un millimètre, s'était bien grand.

« Un bateau? » murmura-t-elle pour elle même.

Le dit bateau s'approchait tel un escargot. Elle le regarda encore bien des secondes avant de reculer d'un pas, puis de deux et de trois. Puis elle se retourna totalement et se mis à courir le long du quai bancal. Arrivée sur la plage, ses pieds s'enfoncèrent dans le sable qui semblait vouloir l'engloutir et l'empêcher de rejoindre le campement. Mais elle courait aussi vite qu'elle le pouvait bien qu'elle n'avançait pas tant que ça.

Dans sa course folle, la Coréenne percuta quelque chose de dur et fort. Elle en tomba par terre et un geignement de plainte s'échappa de ses lèvres sèches. Elle leva ensuite ses yeux vers son obstacle qui n'était que Jason. Elle ouvrit alors sa bouche mais aucun son n'en sortit. Elle prit ensuite la main qu'il lui proposait et se releva tristement, fixant le loin; le bateau avait disparu comme si il n'avait été qu'une illusion.

« Où est-il? Le bateau... »

Sa voix était faible et elle avait adressé cette question à Jason. Comment pouvait-il le savoir? L'avait-il vu au moins? Non, bien sur que non! Il semblait même blasé pour la situation... Jan Bom lisait dans son regard qu'il la prenait pour une folle. Il avait l'air froid, distant... Elle baissa les yeux, ne supportant pas ces reproches.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Dim 24 Mar 2013 - 21:24

    Jan Bom … Ça fait quelques temps que je sais que mes sentiments à son égard sont réciproques. Ça fait aussi quelques temps que nous avons eus notre première fois et que depuis beaucoup d’endroits sur cette île ont été les lieux de nos ébats amoureux. Je ne prends pas juste du plaisir physique avec elle, j’ai vraiment l’impression d’avoir trouvé la personne qui devrait partager ma vie. In the forest, i’m looking for someone. Sans surprise il s’agit de Jan Bom. Je n’ai aucun besoin à assouvir, je veux juste m’assurer qu’elle va bien. Le problème c’est que je ne l’ai pas croisé de la journée et je n’ai plus beaucoup de temps pour la trouver. Un bateau transportant des vivres pour les scientifiques doit arriver dans très peu de temps et comme je n’ai rien à faire, j’ai dit que j’aiderai à tout décharger pour emmener dans les bunkers. Je ne sais pas depuis combien de temps j’arpente l’pile pour trouver cette que j’aime, mais je finis par abandonner. Je n’ai pas la notion du temps sur cette île, but I know that the ship will be here soon. They said, when the sun goes down, the boat will be here. J’ignore quelle heure il est, mais le soleil disparu dans le ciel, alors il ne devrait plus tarder. Prudemment et en veillant bien à ce que personne ne me suit, je me dirige vers la plage. However, je vois quelqu’un que je ne pensais pas voir aujourd’hui …


    Jan Bom. Je souris pendant une fraction, jusqu’à ce que je vois ce bateau au loin. Il semblerait que Jan Bom aussi l’a vu et ce détail me plaît moins. My smile disappear … Elle ne devrait pas être ici, si quelqu’un d’autre que moi la voit, elle pourrait avoir des problèmes. I sigh. Je m’approche d’elle rapidement et je lui tends ma main pour qu’elle se relève. Je suis content de la voir, mais pour le moment ma seule préoccupation est de m’assurer qu’aucun autre scientifique ne remarque sa présence. Je ne lui souris pas, je saisis sa main et je l’éloigne de la plage, nous ne devons pas rester ici. Je me fiche de ce bateau, Jan Bom is more important for me. Je n’aurais qu’à trouver une excuse, je raconterai que j’ai eu un empêchement ou peu importe. Je la regarde comme si ce qu’elle me racontait relevait d’une pure folie. Elle doit croire que ce n’était qu’une illusion. Il y a trop de risque si elle c’est tout. First, les scientifiques essaieraient peut-être de la faire de je ne sais quelle manière. Second, je ne veux pas la perdre. Si Jan Bom sait que je connais le secret de cette île et que depuis le début je lui mens … Elle m’en voudrait, elle me détesterait et le pire c’est qu’elle en aurait tout à fait le droit. I don’t want this … Never. I have to lie, it's for her own good and to keep her by my side.

    - Un bateau ? demandais-je d’un ton un peu moqueur.

    Une fois que je nous pense suffisamment éloignés je lâche son poignet, mais mon regard reste toujours le même. I feel guilty. I don’t want to lie, but I have to.

    - Je n’ai vu absolument aucun bateau … Ton esprit te joue des tours, tu dois être fatiguée, vient on va se coucher …

    Je reprends sa main et l’entraîne à ma suite sans aucun regard pour elle. Ça ne me ressemble pas vraiment d’agir comme ça en face d’elle, mais … Je n’ai pas la force d’affronter son regard. She didn’t dream this boat … Mais elle doit croire que si. Je me mordille la lèvre … Peut-être que je n’aurais jamais dû engager une relation aussi proche avec un étudiant de cette île en sachant pertinemment que je fais partie des méchants de l’histoire. Je ne fais pas partie des plus hauts placés de l’île, je n’ai aucun pouvoir, mais je sais quand même ce qui se trame ici. Je prétends être un étudiant comme un autre, mais je connais le secret de cette île. And now, I have to lie.

Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Lun 25 Mar 2013 - 18:57

Pour la première fois depuis leur brutale rencontre, il se moqua d'elle. Habituellement, elle n'aurait pas réagis face à une telle sottise. Enfin si, quand on lui cherchait des noises elle se permettait de frapper l'un des perturbateurs, cependant les remarques en elles même ne l'atteignaient pas. Mais quand Jason prit son air hautain pour lui annoncer qu'elle fabulait... Elle cru qu'elle allait s'effondrer. Que ça soit un pauvre mec qui lui dise ça, ok, il peut aller se faire voir... Mais que Jason le lui dise... Ça la déchirait. Et pendant qu'elle sombrait dans une triste peine, il l'emmenait quelque part, bien loin de sa dite illusion. Et ses derniers mots, qui auraient put être gentils sans son air rigide, inspira un réconfort dans les entrailles de Jan Bom. Elle aurait rêvée, elle serait fatiguée alors il lui offrait pour la première fois sa présence lors d'une nuit complète.

Oui, ils n'avaient jamais dormis ensemble. Malgré leurs innombrables aventures tantôt dans la forêt, tantôt prêt de la de la cascade, jamais ils n'avaient dormis ensemble. Il réussissait toujours à partir en prétextant telle ou telle chose et Jan Bom ne pouvait le retenir car ses justifications étaient toujours... Justifiées. A ce qu'il parait, du moins d'après les ragots qui circulent par le bouche-à-oreille, « Han Byul -ça lui faisait une étrange sensation de dire ou même d'entendre son prénom coréen- broyait du noir ». Cette hypothèse lui semblait insensée. Mais si elle s'avérait vraie, la Coréenne prendrait un malin plaisir à dorloter son unique amour entre ses seins et de lui caresser les cheveux en séchant son visage embué de larmes.

Cette fois-ci, allait-il vraiment passer la nuit entière avec elle?

Un long instant, elle douta. Il ne l'avait jamais fait et même si il l'aimait, pourquoi le ferait-il? Surtout que dès à présent, elle était dans la rubrique « aliénés ». Car oui, il revendiquait le fait qu'elle était folle avec ses petits sous-entendus. Elle était devenue, tout comme d'autres étudiants, totalement barjot.

Elle se posa alors de nouvelles questions et de ses lèvres asséchées elle murmura de sa voix suave, devenue rauque par on ne sait quelle raison -la fatigue certainement?-, ces fameuses questions.

« Et si je devenais folle? Et si, si un jour on rentre sur la terre ferme, je dois être internée en asile? Parce que cette île m'aura rendue dingue... M'aimeras-tu encore, moi et mes délires douteux? Moi, Jan Bom la fabulatrice? Johanna la survivante... L'étudiante anormale...? »

Elle repensa à nouveau, s'empressant de rajouter.

«On ne prendrait même pas la peine de me ramener, je serais tellement folle qu'on me laisserait pourrir ici! Et cette ligne débute par la vision d'un bateau... »

Elle ne regarda pas sa réaction, peut-être qu'il la dévisageait, choqué par ses paroles. Sinon, il cherchait les mots pour lui dire qu'il ne l'abandonnerait pas et ce qu'importe les circonstances.

« Quand j'y repense, Jason, tout ceux qui on vu un bateau sont morts... »

Jan Bom énuméra des noms et les assassinats ou suicides sanglants qui leur étaient attribués. Certains d'entre eux n'étaient peut-être que des légendes inventés par d'autres étudiants pour effrayer on ne sait qui. Mais dans la douzaine de noms, Jason en connaissait forcément un ou deux.

« Et si je meurs aussi? Comment finirais-je? J'entends déjà les autres clamer mon nom et insister sur la façon de ma mort. Certains rajouteront des détails créés de toutes pièces et je deviendrai un mythe. »

Elle avait continuer de dire tout ça en de simples murmures, parfois en un souffle rapide. Et durant leur marche vers le campement, suite à son monologue morbide, Jan Bom se glissa entre les bras de Jason se laissant, ensuite, tendrement bercée. Et ils marchèrent, leurs jambes s’entrechoquant de temps à autre. Elle sentait le tonnerre gronder au dessus d'eux et ce n'était pas les nuages qui le cachait. Cet orage, sortait tout droit de l'esprit de Jason et elle savait que sa réaction n'allait peut-être pas tarder à exploser où soit, avec un peu de chance, se transformera en une douce pluie apaisante.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Mar 26 Mar 2013 - 21:26

    This boat was here … Mais Jan Bom ne doit pas le savoir. Je prends la fatigue comme excuse et je l’entraine avec moi, loin de la plage. Je ne lui adresse pas un regard avant de nous être suffisamment éloignés. I do this for her. I want to protect her. Je me moque d’elle et sous-entends qu’elle est folle. Je m’en veux de la juger comme cela … Je ne veux pas qu’elle se sente mal ou qu’elle se pense folle. Mais je fais tout de même semblant de ne pas la croire. Ce bateau était-là. Je l’ai vu, je savais même qu’il allait apparaître ce soir. Néanmoins, pour rien au monde je ne l’admettrai à celle que j’aime. I lie for good reason, it’s for her own good. Je tire toujours la main de Jan Bom en disant que l’on va se coucher. On ? Me ? Sleep with her ? No … I can’t. Si cette nuit ce cauchemar devait venir me hanter, je ne veux pas qu’elle me voit dans cet état. Never. C’est pour cela que je n’ai jamais accepté de dormir avec elle. Je m’isole toujours pour dormir et pas seulement avec Jan Bom, c’est avec tout le monde le même manège. Je ferai comme d’habitude, je trouverai une excuse pour m’éclipser ou alors … J’attendrai qu’elle s’endorme pour partir m’endormir ailleurs. Le lendemain matin, elle ne me verra pas à son réveil, puisque je n’aurai pas dormis à ses côtés. Je me mords la lèvre. No, don’t believe that you’re crazy, it’s me, i’m stupid … Mais ces mots ne sortent pas de ma bouche. Je me contente de la fixer, cherchant un moyen de rattraper ce que j’ai moi-même entrainé en niant la présence de ce bateau. I sigh.

    - Jan Bom, soupirais-je, je marque une courte pause cherchant les bons mots en coréen et non en anglais, tu n’es pas folle juste fatiguée. Tu verras après une bonne nuit de sommeil, ça ira mieux. Et … Je t’interdis de douter de mon amour pour toi, ok ? Même si tu étais complètement folle –ce qui n’est pas le cas-, tu restes la seule personne sur cette Terre, qui fait battre mon cœur de cette manière.

    Je lui adresse un tendre sourire, for the moment I keep my calm. Mon sourire s’efface au bout de quelques secondes. I don’t want to lie to her, but I have to. C’est le seul moyen de la protéger. Que Jan Bom prenne cela pour une illusion, qu’elle oublie et surtout qu’elle n’en parle à personne. Je la protègerai quoi qu’il arrive et quoi qu’il m’en coûte, mais … I prefer to be careful. Je soupire une nouvelle fois.

    - Si jamais un jour on sort d’ici, tu viens avec moi, hors de question que je parte sans toi, d’accord ? je perds un peu patience et je crois que cela se voit.

    Je veux pouvoir la rassurer, lui dire que je serai toujours là pour elle, dans n’importe quelles circonstances, mais sa vision tellement pessimiste des choses m’agace un peu. She just have to believe me ! Elle me croit, que tout cela n’est qu’un mauvais tour d’un cerveau fatigué, elle va se coucher et on parle plus. Ce n’était qu’un bateau, bon sang !

    Je la regarde en fronçant les sourcils. Tous ceux qui ont vu un bateau sont morts ? C’est vrai … Du moins tous ceux qui ont vu un bateau et qui ont été trop bavards. Si Jan Bom ne dit rien, à personne, tout ira bien. She keeps the silence, and with me her secret is safe. J’ai à peine entendu les mots « Et si je meurs aussi? », qu’un nouveau soupire s’échappe de mes lèvres et déjà je ne l’écoute plus. Elle veut vraiment se faire peur ou quoi ? D’abords elle énumère des noms d’étudiants qui ont perdu la vie et maintenant … Ça. Je dois contenir mon agacement, même si cela ne doit pas être difficile à deviner, je ne veux surtout pas me disputer avec elle. Quand elle vient se blottir dans mes bras je la sers contre moi. La tendresse de mes gestes, contraste grandement avec la dureté de mes paroles depuis le début de notre altercation. Je m’éloigne un peu d’elle, la repoussant de la place qu’elle s’était attribuée dans mes bras, mais gardant ses mains dans les miennes et d’un ton plutôt dur je lui dis :

    - Ça suffit maintenant ! Tu ne vas pas mourir ok ? Ce n’était qu’un bateau tout droit sorti de ton imagination, car tu es épuisée … Tu ne rejoindras pas cette longue liste d’étudiants qui sont morts ici, pour deux raison ; le bateau que tu as vu n’as jamais été réel et de deux je serai toujours là pour te protéger, le premier qui osera te faire du mal aura à faire à moi, d’accord ?

    Je lâche ses deux mains et je me recule encore un peu.

    - Maintenant, tu vas aller dormir et me faire le plaisir de ne plus penser à ces idioties !

    I lie, et je suis désagréable avec elle. Je m’en veux, mais je n’ai pas le choix. En tant que scientifique cette relation n’aurait jamais dus voir le jour, seulement maintenant je suis incapable de me défaire de Jan Bom. She is my drug …



Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Mer 27 Mar 2013 - 17:57

Jan Bom se sentit vide de tout once de vie quand il la lâcha. C'était la première fois qu'il brisait une étreinte de cette façon. Elle avait besoin de ses bras. Elle en avait besoin pour se sentir bien et surtout vivante. Elle se demanda alors comment elle faisait pour vivre jusqu'à maintenant. Il lui était désormais inconcevable de survivre sans Jason.
Mais lui ne la supportait pas ce soir, elle le voyait. Il ne voulait pas d'elle dans ses bras et peut-être qu'il n'en voulait même pas plus. Même quand il lui proposa de partir avec lui, quand ils en auront la chance, il semblait exaspéré. Et pour autant, ce soir, elle avait besoin de lui plus que jamais. Depuis des jours, ils usent leur amour en parties de jambes en l'air et en partageant une euphorie suffocante.
Cette nuit même, Jan Bom n'était plus heureuse mais affreusement inquiète. Elle découvrit une nouvelle peur en dehors de celle de perdre son bien aimé: celle de l'avenir. Oui, elle avait peur de son avenir avec Jason. Son bonheur avait était rongé en quelques petites minutes par cette profonde terreur et désormais la jeune femme manquait de s'écrouler.

« Reprends moi dans tes bras, s'il te plait... »

Ses lèvres étaient devenue si sèches et rugueuses qu'elle ne les sentait même plus quand elle les remuait.

Elle se lotit contre son Américain, à elle et rien qu'à elle, et logea son visage dans le creux de son cou. Elle respira son odeur, se colla un peu plus à lui et s'accrocha de toutes ses forces à son T-shirt. Elle serrait, serrait, le tissu synthétique. Elle avait l'impression que son détenteur allait s'envoler, partir loin avec les autres étudiants sur ce foutu bateau dont elle aurait rêvé.
Il l'avait en effet convaincue, elle avait accepté de croire que ce bateau n'avait été qu'un songe, qu'elle avait dormi debout. En plus d'être vulnérable prêt de lui, elle était aussi naïve qu'une petite fille... Néanmoins, elle en restait une femme comme les autres, qui en amour avait ses exigences. Alors, elle pourlécha discrètement ses fines lèvres rosées pour leur redonner formes et qu'elle puisse à nouveau les sentir. Elle pût alors reprendre une voix assurée, enjouée et claire. Elle reparla alors avec ce même ton qu'elle avait emprunté lorsqu'elle avait découvert le vicieux qui se cachait derrière un buisson pour observer sa Belle dans l'étang qui, elle, se versait du lait de coco sur le corps.

« C'est toi qui dois me promettre des choses... C'est toi qui dois décrocher la lune pour moi, m'acheter le monde, me courir après. Alors promets moi que tu décrocheras la lune, m’achèteras le monde et que tu me courras après et ce qu'importe où je suis. Unhook the moon, buy the world, chase me. Repeat and promise... »

En ces quelques mots, elle lui signifiait sournoisement qu'elle n'ira pas en Amérique, du moins pas pour l'instant. Non pas parce qu'elle ne voulait pas faire sa vie avec lui, loin de là! C'était surtout parce qu'elle voulait avoir son diplôme, revoir sa famille et commencer à se faire un nom dans le métier d'architecte en Corée du Sud. Son ambition l'emmenait à espérer plus que ça: avoir un nom dans l'art en général, avoir plus de renommée que Gustave Eiffel ou Le Corbusier. Et ça, rien qu'en débutant. Un sacré objectif, n'est-ce pas? Un objectif qui relève de l'impossible malheureusement. Bien qu'elle pourrait commencer sa carrière au pays des Grands, elle ne le voulait pas. Il fallait que ça soit sa propre patrie qui la hisse en haut de l'échelle.
Elle fît alors un rapide calcul. Elle se permit d'utiliser les doigts de Jason pour compter. Elle lui montra alors le chiffre cinq.

« Suppose we go in a month. Ok? You'll have to wait five years. Five years. You can? You can to wait five years for me? »

Elle se redressa et l'embrassa tendrement comme pour lui donner une sorte de courage pour ces cinq prochaines années.

« Five years and I'm yours! Five years and you and me, we'll live in America. We'll have childrens! We'll marry... Ow, I dream again. »

Elle ria alors en passant ses bras autour du cou d'Han Byul. Elle commença à lui caresser la nuque d'un geste répétitif avec le pouce. Elle se plongea ensuite dans ses yeux noirs et lui prononça ces mots doux dont elle lui faisait part très rarement.

« Je t'aime Han Byul Jason Jo. Je t'aime à m'en exploser le coeur. »

Alors, elle lui prit la main et la lui passa sous son chemiser qu'elle avait déboutonné au préalable. Elle déposa sa paume fraiche sur sa poitrine chaude et il pouvait sans aucun doute sentir le cœur de Jan Bom battre, battre, battre et rebattre si vite qu'en effet, il aurait certainement put exploser.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Dim 31 Mar 2013 - 13:24

    Tout a commencé à cause d’un stupide bateau ! Because of this, I have to lie to Jan Bom … Je soupire et après une brève étreinte, je la repousse, puis je me recule. Je me sens affreusement coupable de lui mentir, je ne veux pas qu’elle se sente mal à cause de moi. Surtout qu’elle n’a jamais rêvé ce bateau, il était bel et bien là. I need her to live, mais pour l’instant je veux juste m’éloigner. Ce soir, c’est la première fois que je ne veux pas tout faire pour la garder à mes côtés. Ce sentiment de culpabilité m’étouffe, savoir que je n’ai pas d’autre choix que de lui mentir, je ne le supporte pas. Quand je partais pour dormir loin d’elle et que je lui cachais mes cauchemars, ce n’était pas dramatique, rien qu’un mensonge anodin, mais là … Je dois lui cacher que je connais le secret de l’île. Si elle savait … She would hate me. Je ne veux pas qu’elle me déteste, je veux qu’elle m’aime autant que je l’aime. Je relève les yeux vers elle, quand elle me murmure de la reprendre dans ses bras. J’ose à peine affronter son regard, comme si mon mensonge pouvait se lire dans la prunelle de mes yeux. However, je fais quelques pas vers elle et je l’enlace. La savoir ici, tout près de moi me rend infiniment heureux, autant que ça m’effraie. Je voudrais pouvoir la repousser, mais je n’en ai pas la force. I love her so much, so damn much. Si un jour elle découvre mon secret, elle souffrira ou du moins ça lui fera de la peine. Je lui ai demandé d’oublier ce bateau et toutes ces idioties, comme quoi elle allait mourir, puis d’aller se coucher, mais elle devrait m’oublier moi aussi. We were happy, but how long ? Who knows, maybe that tomorrow or in a few days … Nous nous séparerons ? Ce n’est pas ce que je veux. Loin de là, mais on dit souvent ; après le calme vient la tempête. Je ne pourrai pas mentir à Jan Bom indéfiniment, si ? Of course, not.

    Jan Bom reprend la parole. I have to promise her something … Je l’écoute attentivement. Elle veut que je fasse tout pour elle. Est-ce que j’en suis seulement capable ? Depuis mon adolescence je ne pense qu’à moi, je suis égoïste, j’ai même fait de la peine à ma propre mère et encore le terme est léger. Elle qui a toujours été derrière moi. Si un jour je quitte cette foutue île, la première chose que je fais, c’est prendre l’avion. Je quitte la Corée pour les USA et je vais m’excuser auprès de ma mère. She just wanted to protect me. Elle m’a soutenu et quand elle a voulu me protéger, ainsi que penser à mon avenir j’ai été odieux avec elle. Oui je ferai tout pour Jan Bom, mais pas tirer un trait sur ma famille. Never. Du moins ma mère, mon père c’est autre chose. En plus … Je ne me sens tellement pas à ma place en Corée. Si je suis ici, c’est uniquement à cause de mon père. Je n’ai qu’une hâte retrouvé mon Amérique natale.

    - I promise you. I will unhook the moon, buy the world and chase you. I promise.

    Comme pur sceller cette sorte de pacte, je l’embrasse tendrement. Je l’aime à en mourir et pourtant je ne suis même pas fichu de lui dire la vérité. I can’t. I can’t tell the truth. The secret has to be kept. J’écoute tout ce qu’elle me dit. Bien sûr que j’attendrai, que ce soit ici en Corée ou en Amérique, j’attendrai le temps qu’il faudra pour avoir la seule personne que j’aime à mes côtés. Elle m’embrasse.

    - I can. I can do everything for you. Wait five, ten or fifteen years for you it’s nothing, I will wait.

    Ceci n’est pas un mensonge. J’attendrai réellement pour elle. Même si je dois rentrer au States pour m’excuser auprès de cette personne que j’ai blessé, je reviendrai pour elle. If it’s for Jan Bom I can stay and wait for her, here, in Korea. She is the reason of my life, without her I’m nothing. Et c’est seulement maintenant que j’en prends réellement conscience même si dans le fond je l’ai toujours su. Je l’aime à en mourir. Je souris quand elle me fait part de ses espoirs pour notre avenir ensemble.

    - One day, this dream will be our reality, ok ? I promise you. You and me, wife and husband, with our children. Your dream will come true.

    Pendant une fraction de seconde j’oublie mon mensonge. Je me berce dans cette bulle de bonheur hermétique à toutes douleurs. I really want this futur with Jan Bom. Really. Elle pose la paume de ma main sur sa poitrine et je sens son cœur battre. She said, she loves me. Je ne lui réponds pas, mais elle sait que c’est réciproque. Entre nous, nous n’avons pas toujours besoin de mot. Elle sait que je l’aime à m’en faire crever. Mais pour le moment notre avenir n’est pas vraiment ma principale préoccupation. Certes j’aimerai que tout ça devienne réalité un jour, mais aujourd’hui, ce soir, ce n’était que des mots pour qu’elle aille dormir tranquillement sans penser à ce bateau. Et pendant une fraction de secondes j’ai peur que Jan Bom ait senti le manque de conviction et de sincérité, dans mes paroles ou dans ma voix. C’est tout à fait possible. Je suis sûr qu’elle n’est pas passé à côté de ça … Je me mors la lèvre une nouvelle fois.

    - Je te promettrai tout ce que tu veux, maintenant va juste te coucher et oublie ce qu’il vient de se passer d’accord ?

    C’est sûrement les quelques mots de trop. Je mets tellement de conviction dans le fait qu’elle doit oublier et aller se coucher, que ça peut paraître louche … Tant pis. Si elle me pose des questions, je mentirai. Un mensonge de plus, un mensonge de moins. Je ne suis plus à ça près, now.

    Spoiler:
     
Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Lun 1 Avr 2013 - 11:55

Quelque chose lui serra le cœur... Une sorte de révélation. Il lui cachait quelque chose. Il avait gardé cet air froid et distant, même lors de cette promesse. Le baiser qu'il lui offrit était un cadeau empoisonné, il avait un gout amer qui lui restait dans la bouche. Rien n'était agréable avec lui ce soir. Était-ce le début de la fin? Jan Bom ne voulait pas le croire. Elle voulait retrouver son ancien Jason, celui de hier et d'avant-hier, celui de la semaine dernière, celui de la semaine d'avant. Elle souhaitait que dès cette minute il la reprenne contre lui, la déshabille comme ces derniers jours et qu'ils refassent passionnément l'amour... Contre un arbre si il le fallait.
Mais que lui cachait-il?
Sur les derniers mots qu'il prononça, elle le quitta, le laissant seul. Elle marchait tristement, les larmes aux yeux. Elle ne pouvait supporter son air faux! Foutu bateau! Elle frappa son poing contre un arbre. Celui-ci frémit et un oiseau tropical s'en envola.

Elle pouvait encore voir, si elle se retournait, l'ombre de Jason au loin. Mais seulement, elle ne le fit pas tout de suite. Elle continuait d'avancer, tapant contre tout. Il n'avait pas le droit de lui mentir... Elle ne lui avait jamais menti. Elle lui avait fait confiance! Et ce soir, il avait trop usé de cette confiance aveugle. Son caractère farouche avait refait surface...

« Se sont des promesses en l'air! You lie! »

Elle avait hurlé ces mots à plein poumons. Suite à ce cri, elle n'arrivait même plus à parler. Sa gorge la piquait affreusement.
Jan Bom s'était retourné vers le menteur, qui n'était qu'un simple point minuscule mais il avait sans aucun doute entendu les paroles du soit disant « amour de sa vie ». Elle reculait tout doucement, sa colère faisant place à d’incessant sanglots.

« Il n'a pas le droit de me mentir... Il n'a pas le droit de me donner de faux espoirs. Plus personne n'a le droit de me faire de mal. Je n'ai rien voulu de tout ça. Je n'ai rien voulu... »

Elle s'adossa à un arbre, se laissant glisser en un geste désespéré, sa tête plongée dans ses mains sales. Elle soupira longuement, essuyant ses larmes pour laisser place à de la terre.
Elle ne voulait pas le perdre. Même si elle n'avait pas voulu de l'amour à l'origine, elle aimait profondément Jason et maintenant elle n'allait pas le laisser s'échapper. Il n'allait pas s'en tirer aussi facilement. Elle releva alors son visage, le tournant vers le petit point noir. Il s'était agrandi considérablement. Revenait-il vraiment ou était-ce une nouvelle illusion? La Coréenne se frotta alors les yeux, les plissant ensuite pour mieux voir. Elle ne pouvait dire si c'était une vision ou non mais en tout cas, un faux ou réel Han Byul était là, à quelques mètres.
Elle hésita entre sourire ou courir pour aller le frapper. Elle ne fit aucun des deux et leva simplement sa tête d'un air hautain. C'était dur de ne pas le regarder, de faire comme si il n'était pas là. Qu'il soit factice ou non, il était toujours l'homme qu'elle aimait et quand on aime on ne peut détourner ses yeux de l'heureux élu. Mais la personnalité de Jan Bom avait prit un peu le dessus sur tout ça.

« Je hais l'idée que tu puisses me mentir. »

Elle avait dit ça après un long silence. Elle n'obtenue pas de réponse, du moins pas immédiatement. Elle en jugea que c'était encore son esprit qui lui jouait des tours. Néanmoins, même si il n'était pas le véritable Han Byul, elle pouvait tout de même lui parler... Peut-être que son cerveau commandera les paroles de ce gros bêta et qu'il dira ce qu'elle voulait entendre.

« Je n'avais rien demandé de tout ça... L'amour. J'ai toujours été seule, toujours en solitaire. Quand un mec me draguait, il le faisait parce qu'il me voulait dans son lit. Pour ne pas être trop ermite, je sortais avec eux... J’espérais que si les gens me voit avec un petit ami, ils m'apprécieront et n'auront plus peur de moi. Mais on a toujours eu peur de moi... Mon caractère, tu sais? Tu viens d'en faire les frais. Ouais, je suis souvent comme ça... Colérique. Je n'aime pas... Le mensonge, je n'aime pas les jugements. Je ne mens pas, je ne juge pas. Certes, je ne suis pas irréprochable, mais... Il n'y a même pas de mais. Tu as été idiot de me mentir et de rajouter cette phrase. Ouais, idiot. Parce que maintenant, on est là, à faire les cons. Comme dit, je n'ai pas voulu de cet amour Jason. Cependant, tu as tout changé... T'es arrivé comme ça et... Pouf! Tu m'as rendu folle. Je vois des bateaux et je rêve de toi éveillée... N'est-ce pas une preuve que je perds la boule? Je ne sais pas ce qui s'est passé tout à l'heure pour que ça en arrive à là... On devrait peut-être plus souvent parler, non? Même si je pense qu'on a pas besoin des mots pour se comprendre. Puis, merde... Je devrais vraiment aller me coucher, je dis n'importe quoi. Puis pourquoi je parle à un fantôme? Il a tord, je suis vraiment folle. »

Elle soupira à nouveau, regardant ensuite le dit «fantôme». Étrangement, il ne semblait pas être insensible aux paroles de la jeune demoiselle. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, le montrant ensuite du doigt à l'aide de son index.

« Tu n'étais pas un fantôme s'est ça? Tu es vraiment revenu? »

La farouche sourit un peu, se levant tout doucement. Elle s'accrocha à l'arbre, fixant le jeune homme. Elle resta quelques secondes dans cette drôle de position, elle s'était tant encrée qu'on aurait dit qu'elle avait peur que la planète se retourne. Elle entrouvrit ses lèvres comme pour rajouter quelque chose mais -heureusement?- rien n'en sortit. Elle s'extirpa alors du tronc du végétal et s'approcha tout doucement vers Jason. Elle ne savait pas encore si il était vrai ou non mais son expression lui disait que c'était bien lui.
A quelques centimètres à peine de son corps, elle tendit sa main vers lui et...

Spoiler:
 


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Mar 2 Avr 2013 - 19:53

    Lie, lie and lie again. I’m fed up to lie … I don’t want to lose her because this bullshits. Je soupire. Je ne mens pas par envie, mais par obligation. Si un jour Jan Bom découvre toute la vérité et si elle m’en veut, j’aimerai qu’elle comprenne au moins ça. J’ai mentis, pour son bien, les scientifiques hauts placés sont capables de bien des choses pour faire taire les étudiants qui en savent trop. Je ne pense qu’à son bien. Elle aura le droit de m’en vouloir, je la comprendrai, mais … In fact I don’t wanna think about this. Je veux la garder à mes côtés. Même si ce soir ça ne parait pas comme une évidence, je l’aime. Ce soir, j’ai juste peur. Peur pour Jan Bom, si elle parlait de ce bateau à quelqu’un de mal intentionné et peur pour nous, si elle venait à découvrir mon secret. Oui, « nous » … Nous somme un couple maintenant, non ? Je dois penser à notre bien à tous les deux et à la sécurité de celle que j’aime. Pas à moi seul, je ne peux plus être égoïste désormais. Je la regarde s’éloigner, impuissant. Je pourrais lui courir après, lui dire de ne pas partir, I love her, really ! Mais quelque chose m’empêche de bouger, je suis comme paralysé.

    Ses paroles me font mal. Jan Bom hurle que je lui mens et que ce sont des promesses en l’air. No ! Elle ne peut pas penser ça ! Yes I lied, but … This promises was true. Je veux vraiment avoir un venir avec elle, construire quelque chose avec ce « nous », qu’elle et moi, formons à présent. Les larmes me montent aux yeux, mais je fais tout pour ne pas pleurer. Why ? Peut-être par fierté ou alors pour me prouver à moi-même que tout ça ne m’atteint pas. Avant de rencontrer Jan Bom j’en avais complètement rien à faire de ce que les autres pensaient ou ressentaient, à part quelques exceptions qui confirmaient la règle. J’ai même fait du mal à ma propre mère avec mes conneries !

    - It’s not a lie … I really want to share my life and everything with you … murmurais-je alors qu’une première larme roule sur ma joue.

    Comme enfin délivré de mon sortilège, j’arrive enfin à bouger et sans réfléchir plus longtemps, je prends la même direction que Jan Bom. I don’t want our story to be over. I need the love of my life … I need her. Je m’approche toujours un peu plus et ce que je vois me brise le cœur. Celle que j’aime est assise contre un arbre et elle pleure. Ses yeux sont rougis par les larmes. J’essuie moi aussi mes joues et je m’approche encore plus près. I will dry her eyes, I juste want to see her smile. Jan Bom est la première à briser le silence qui règne en maître pour le moment entre nous deux. Elle déteste l’idée que je puisse lui mentir et moi je me déteste de ne pas être honnête. Mais certaines vérités ne sont pas bonnes à révélés. Je ne dis rien et elle continue de me parler … Alors je l’écoute, sans broncher. Imaginer Jan Bom avec d’autres mecs et surtout qui ne voulaient que l’avoir dans leurs lits, me donne des envies de meurtres. She deserves more than this. Je serre les poings, mais je ne dis toujours rien. Je ne veux pas l’interrompre. Je souris. Un petit sourire moqueur mais pas méchant du tout, plutôt tendre à vrai dire. She thinks that I’m a ghost ? It’s so funny and … Cute ?

    Mon sourire s’agrandit alors qu’elle réalise que je suis bel et bien-là, je ne suis pas une mauvaise illusion de son esprit. Come what may, I’ll be there for her, every day. When she needs me … Et si un jour elle ne veut plus de moi, j’essayerai juste de accepter. Je ne veux pas être un fardeau pour elle. Never. Je la laisse se relever et venir lentement vers moi. Quand Jan Bom me tend sa main, tout ce que je peux faire c’est la prendre et attirer celle qui fait battre mon cœur dans mes bras. Je la serre contre moi, comme si cette étreinte était la dernière. Une larme roule sur ma joue, mais je n’essaie plus de me retenir. J’ai l’impression, que cette épreuve peut-être surmonté à deux, si nous nous dévoilons l’un à l’autre.

    - Non … Je ne suis pas un fantôme. Je suis revenu, car je ne veux pas te perdre. Jamais. Ok ? Peu importe les promesses que je ferai ou que je ne ferai pas, je veux que tu saches que chaque fois que tu te retourneras je serai derrière toi. Si un jour tu tombes, je serai là pour te relever. Tu peux compter sur moi quoiqu’il arrive. Je voulais juste que tu le sache …

    Je me recule, mais je ne lâche pas ses mains. I want to keep her by my side. Forever and ever … Je lui souris juste, puis je reprends la parole.

    - Me faire confiance ou non, c’est toi qui choisit, mais pense juste à ceci ; jamais je ne ferai quelque chose qui peut te nuire. Mes actes envers toi sont toujours –ou presque- réfléchis, je veux juste te rendre heureuse et te donner envie de rester auprès de moi encore longtemps, tout comme moi je veux passer les prochaines années à venir avec toi. Et plus encore …
    Nouveau silence. I’m smiling again and again …

    - Je ne peux pas t’offrir grand-chose pour le moment, si ce n’est mon amour pour toi et la promesse que même après cette île, nous serons toujours ensemble. Tu sais … Quand j’étais en Amérique j’aimais beaucoup la danse et aussi le chant, alors j’ai un grand répertoire de chansons … Je pense que celle-ci décris parfaitement ce que tu représentes pour moi. Tu veux l’entendre ?

    Sans attendre son approbation, je commence à chanter. I try to sing with all my heart, mais ma voix reste douce, sans monter exagérément.

    - I can't win, I can't reign, I will never win this game without you, without you. I am lost, I am vain, I will never be the same, without you, without you … I can't rest, I can't fight, all I need is you and I, without you, without you … Can't erase, so I'll take blame, but I can't accept that we're estranged, without you, without you … I won't soar, I won't climb, If you're not here, I'm paralyzed, without you, without you. I can't look, I'm so blind, I lost my heart, I lost my mind, without you, without you …

    Puis je m’approche lentement d’elle pour l’embrasser tendrement … Un baiser pleins de promesses. Entre autre, celle de rester près d’aller quoiqu’il arrive. Come what may, i’m here for her, just for her …

    Spoiler:
     



Dernière édition par Jo Han Byul le Jeu 4 Avr 2013 - 19:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Jeu 4 Avr 2013 - 18:26

... Et il la prit dans ses bras, ses bras doux et tendres. Elle se logea contre son torse chaud, s'y frottant pour se creuser un petit nid douillet. Elle ne rêvait pas, c'était bien lui, elle reconnaîtrait son odeur à des kilomètres. Il n'y avait aucun doute... Il était bien revenu pour elle. Jan Bom était alors la femme la plus heureuse sur cette Terre pour le temps de ces quelques secondes. Son cœur battait encore plus vite que leur première fois. Son esprit, quand à lui, s'envola si haut qu'il dépassa le septième ciel. Elle frissonna alors, se calmant lorsqu'il prit la parole.
Elle qui s'attendait à un million de reproches! Elle ne put qu'être surprise en attendant les agréables mots de Han Byul. Elle aurait pu continuer de voler et planer... Mais il valait peut-être qu'elle reste bien éveillée, la déclaration qu'il lui faisait en resterait bien plus romantique.
Tout ce qu'il disait se mélangeait dans la tête de la Coréenne, c'était si beau qu'elle était incapable d'en suivre le fil. Perdue entre une envie folle de le déshabiller pour lui faire comprendre sauvagement que tout était réciproque ou celle de pleurer jusqu'à ce que son corps s'assèche. Elle se trouvait alors -dans ses pensées- devant deux panneaux, l'un indiquant vers la gauche « sexe » et le second, sur la droite, disant « pleurs ». Bien évidement, entre les deux poteaux se tenait un Jason fougueux qui attendait de voir Jan Bom choisir sa direction. Et pourquoi pas les deux? Un coup à droite, un coup à gauche... C'était certainement le meilleur des plans.

Où en ils en étaient déjà? Ah oui, le discours de Jason. Jan Bom devait faire une drôle de tête, elle était si troublée par ses émotions si différentes! Pour autant, tout les mots qu'il prononçait la touchaient au plus profond de son cœur.
Il souriait tellement qu'elle ne pouvait s'empêcher de faire de même. Il était de plus en plus heureux et cette joie était contagieuse. Soupirant de bonheur, elle dévoila toutes ses dents à son compagnon. Il lui proposa alors de lui chanter une chanson, une qui décrirait ses sentiments. Elle hocha alors la tête, posant sa joue sur son épaule, prête à se faire bercer par la musique.

Elle ne l'avait jamais entendu chanter auparavant, et à vrai dire, elle ne savait même pas qu'il était branché chanson. Mais sa voix était incroyable. Peut-être qu'elle la trouvait parfaite et sans défaut parce que c'était celle de Jason! Cependant, elle avait un brin unique. Elle en oubliait presque les paroles. Un tas de nouvelles émotions traversa l'échine de son dos et elle ferma ses yeux, plusieurs larmes mélangeant tristesse, joie, amour et colère coulant sur son visage laiteux. Elle grimaçait, souriait... Ses expressions n'étaient jamais fixes. Mais tout ça la comblait d'un inévitable bonheur. Un bonheur pure. Elle tenta de retenir les paroles et elle se redressa doucement pour le regarder. Mais il s'arrêta -La chanson était déjà finie? - et il l'embrassa.

C'était le plus beau, doux, délicat, tendre, romantique, désirable, passionnel, langoureux, excitant, émotionnel, magnifique de tout les baisers. Il en était la définition même. Oui, la définition. Elle aurait pu mourir, là tout de suite, maintenant. Elle serait morte heureuse. Un tel baiser n'était même pas descriptible. On ne peut décrire l'amour. Pourtant il est là, juste là. Il faut le voir pour le croire.
Elle passa ses bras autour de son cou et à bout de souffle, ils séparèrent leurs lèvres. Elle reprit alors les quelques paroles qu'elle avait retenues.

« I can't win, I can't reign, I will never win this game without you, without you... I am lost, I am vain, I will never be the same, without you, without you… »

Elle les chanta à sa manière: en un simple chuchotement.
Pour sa part, chanter n'était pas vraiment son hobbies favori. Elle ne chantait pas vraiment faux mais, sa voix suave donne un côté trop saoul et elle n'aimait pas vraiment ça. Elle sourit alors, caressant à l'aide de son pouce la nuque de Han Byul.

Elle ferma les yeux. Elle colla son front contre le sien. Elle respira profondément. Elle soupira, heureuse. Elle laissa une main glisser sur son épaule et son bras. Elle attrapa sa main et la serra. Elle se laissa alors tomber en arrière, l'entrainant dans sa chute. Emmêlées l'un sur l'autre, elle ria. Elle riait comme jamais elle ne l'avait fait. Euphorique, elle le ré embrasse plus sauvagement.
Le temps n'était pas pour les batifolages. Il faisait déjà assez froid ce soir là, mais en plus une fine averse fit son apparition. Jan Bom n'en perdit pas son sourire et sa nouvelle joie. Elle plongea son visage dans « sa grotte » qui lui faisait désormais office de parapluie et elle continuait de rire dedans. Elle en profitait pour mordre à pleine dents la peau de Jason. Il avait l'habitude de subir ce genre de chose, lorsqu'ils faisaient l'amour elle ne pouvait s'empêcher de torturer ce pauvre endroit. Elle croit même qu'il en faisait de même, rire bien évidement.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Dim 7 Avr 2013 - 19:27

    Si je continue comme ça, it’s one more step vers the end … Et ce n’est vraiment pas ce que je veux. Yes I’m a liar, et je me sens déjà assez coupable. Enfin sorti de ma torpeur, je vais rejoindre Jan Bom qui s’est éloignée quelques secondes plus tôt. I don’t want to let her go, never. Je la serre contre moi, sans rien dire. Les mots seraient de trop à cet instant. Néanmoins, j’ai besoin de mettre les choses au clair. Je ne veux pas qu’elle me déteste. Alors je me sépare d’elle, lentement, sans rien brusquer. Je garde ses mains dans les miennes, comme si j’avais peur qu’elle s’envole et qu’elle ne revienne jamais. J’aurais pu faire un millier de reproches à Jan Bom, c’est facile à faire ça, des reproches … Mais je n’en ai pas le cœur. I want her to know my love, my heart. Ce que je ressens pour elle. Je ne réfléchis pas au préalable à ce que je vais lui dire. Je ne veux pas d’un beau discours formaté ou de jolis mots mis les uns derrière les autres. J’y vais au feeling, les phrases se forment d’elles-mêmes sans que je ne fasse trop attention. Je laisse juste mon cœur parler. I can say one thing … Je n’ai jamais fait une telle déclaration à qui que ce soit. Elle est la première. En même temps … J’ai eu des conquêtes à la pelle, tellement que je ne m’en souviens pas de toutes ou de tous, ça dépendait des fois. Certains noms m’échappent, certains visages se sont effacés avec le temps … I know one thing … Jan Bom est la première que j’aime autant. Même si ce n’est pas très glorieux à dire, je ne voulais pas de l’amour avec mes précédentes conquêtes. Je ne cherchais rien de sérieux, je voulais juste m’amuser … Boire comme un trou et me retrouver dans le lit de n’importe qui était amusant pour moi. But now, I know Jan Bom. She had stolen my heart … And my love. C’est avec toutes ces pensées en tête, que je me déclare vraiment à Jan Bom. Depuis le début nous faisons l’amour dès que nous en avons l’occasion. Je lui ai dit que je l’aimais à maintes reprises et elle aussi, mais jamais je n’ai mis autant de sentiment dans ce que je disais. Je ne dis pas ça uniquement pour qu’elle retombe dans mes bras et avoir quelqu’un sous la main pour m’envoyer en l’air ou passer ma frustration sexuelle, pas du tout. I really love Jan Bom, from the bottom of my heart. Ce ne sont pas que des belles paroles, it’s my true feelings.

    Puis je lui propose de lui chanter une chanson. J’ai toujours beaucoup aimé le chant et la danse, je trouve qu’il est plus facile de faire comprendre ses sentiments à travers l’art, qu’avec les mots. Après ce n’est qu’un point de vue, chacun pense différemment. Je ne choisis pas n’importe quelle chanson. This one talks about my feeling for Jan Bom. Du moins … Quand je pense à cette chanson, que je connais depuis pas mal de temps, je pense à mon histoire avec celle qui a volé mon cœur. Elle pose sa tête sur mon torse et alors que ma voix brise le silence, je caresse tendrement ses cheveux. This moment is perfect. Je ne lui chante pas la chanson en entière, je choisis juste les paroles les plus expressives de mes sentiments. Mais si Jan Bom y tient je pourrais lui en chanter encore pleins des chansons. Rien ne me ferait plus plaisir. Je n’aime pas la voir pleurer … Aussitôt la chanson finit je dépose mes lèvres sur les siennes. Un baiser doux et remplis de promesses qui j’espère un jour deviendront réelles. Quand nous nous séparons Jan Bom reprend la chanson que je viens de lui chanter et je souris. Son front contre le miens et les yeux dans les yeux, nous tentons de reprendre notre souffle. Mais elle prend ma main pour me faire tomber avec elle. Je la prends dans mes bras et je ris. I’m happy … More than never. Sa tête au creux de mon cou, j’aurais envie que ce moment ne s’interrompe jamais. Je ne devrais peut-être pas revenir là-dessus mais, je n’arrive pas à m’en empêcher.

    - Désolé pour tout à l’heure … Je n’ai pas été très agréable avec toi. Je suis fatigué et … Et puis je n’ai pas vraiment d’excuse pour avoir été odieux avec toi. Je suis désolé, sincèrement … Can you forgive me ?

    Je n’ajoute rien de plus, car oui je lui ai menti, mais je ne peux absolument rien lui révéler là-dessus. Nothing. Si elle sait quelque chose il lui arriverait malheur et c’est la dernière chose que je veux alors je vais me taire. Juste profiter de cet instant tous les deux. Je retiens une légère plainte quand elle commence à me mordiller le cou. Jan Bom fait ça depuis notre première fois et je dois dire que ça ne me laisse jamais de marbre.

    - Eh ! Arrêtes ça de suite, si tu ne veux pas que de mauvaises idées me traversent l’esprit …
    Dis-je en lui volant un baiser et en lui adressant un léger clin d’œil. Ça ne me déplairais pas mais bon … La nuit tombe, le froid arrive et il pleut un petit peu. Je réfléchis un quart de seconde et je prends une décision qui me semble juste. Pour certains choses je n’ai pas d’autre choix que de lui mentir, mais pour d’autre je peux me confier sans crainte, car je sais que je ne serai pas jugé.

    - Jan Bom … I want to sleep with you tonight … Can I ?

    Je n’ai jamais dormis avec elle une seule fois depuis le début de notre relation. J’ai toujours peur que mon cauchemar débarque à l’improviste et comme je n’aime pas en parler, je me cache. Bu with Jan Bom … I’m not scared at all. Je sais que si jamais je venais à faire un cauchemar, elle serait à mes côtés et c’est … Rassurant. Je n’ai pas besoin de cacher ma peur ou mes larmes à celle que j’aime. Je dois partager le plus de choses possibles avec elle, sinon je le regretterai si notre histoire venant à prendre fin prématurément – ce que je ne souhaite pas bien entendu !

    - Je sais que nous n’avons jamais dormis ensemble, mais … Si je te fuyais toujours une fois l’heure de dormir arrivée c’est parce que …

    Je me mors la lèvre. Est-ce que je peux vraiment le lui dire ? Je cache ça à tout le monde, personne ne sait sur cette île. Je regarde Jan Bom dans les yeux et même si elle doit sûrement être en train de se faire pleins de films sur ce que je voulais dire … J’hésite et j’ai peur …

Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Ven 12 Avr 2013 - 18:58

Alors qu'il pleuvait faiblement, il parlait à la Coréenne, qui l'écoutait avec plus ou moins d'attention. Il -au bout d'un moment- faisait allusion au sexe et, à vrai dire, Jan Bom n'aurait pas dit non pour une petite partie de jambes en l'air. Mais comme dit, le temps n'était pas de cette avis et ils devaient alors s’abstenir pour leurs galipettes. Souriante comme jamais, elle continuait de mordiller à de plein gré le cou de son bien aimé. Le pauvre... Il devait souffrir. Mais elle ne pouvait s'en empêcher! Elle avait pris cette habitude lors de leur première fois, contre l'arbre. Ayant peur de crier trop fort, elle le mordait sauvagement pour refouler ses cris et depuis elle le fait tout le temps. Au moins, la marque laissé par ses dents montrait aux autres que Han Byul était déjà pris par une autre. Une morsure est beaucoup plus voyante qu'un simple suçon.
Il s'était par ailleurs excusé pour son comportement. Elle avait mis de côté paroles, ne voulant pas y faire attention. Elle ne savait pas s'y elle devait se remettre en colère parce qu'elle lui en voulait, oui, elle lui en voulait pour ça, ou si elle devait simplement accepter alors qu'elle avait toujours ce goût amer dû à la rancune dans sa bouche. Elle déglutit alors, détournant rapidement son regard de celui de Jason. Elle ne voulait plus y penser, elle sentait à nouveau cette peine monter en elle. Stupide bateau! Mais désormais, elle était convaincue qu'il n'avait jamais existé... Bien évidement, il était bien là! Rangé à côté du quai, des scientifiques le déchargeant des vivres qu'il contenait. Mais elle ne pouvait le savoir...

Jason proposa de dormir avec elle... Pour la première fois! Jan Bom fit une drôle de tête, son visage se déformant sous la surprise.
« Sleep? Dormir... Us? Nous deux? Ensemble? Together? J'ai bien compris? Tu parles de dormir ensemble? Et sans que tu te défiles au dernier moment? Sans que tu n'inventes je ne sais quel prétexte ridicule ou non? Dormir? Mais... Dormir? »
Elle souriait d'une façon tout à fait idiote, d'un genre moqueur, taquin. Elle n'allait pas laisser passer cette occasion! Déjà rien que pour l'embêter puis pour vraiment s'endormir avec lui. Le poussant alors, se relevant aussi vite qu'une flèche, la Coréenne lui lança un regard rempli de sous-entendus. Elle s'étira, ensuite, longuement, relâchant ses bras qu'elle avait levé vers le ciel les mains liés alors qu'elle s'était mise dos à lui.
« C'est une première dis moi. »
Elle poussa un petit gémissement, se retournant vivement. Il avait reprit la parole. Mais peut-être qu'il n'aurait pas du. Elle se rapprocha, plissant ses petits yeux. Que lui cachait-il?
Elle oublia alors les rumeurs qui courrait au sujet des cauchemars de Jason, à la place un petit projecteur s'était construit dans sa tête et il diffusait un tas d'images.
D'abord, un Jason fuyant dans les bois à la recherche de sa belle, qui n'était pas Jan Bom, bien évidement. Il menait sa double vie, appartenant à Johanna le jour et à une autre la nuit.
Puis, il fût un agent double, travaillant pour une organisation secrète -étrangement, cette hypothèse était très proche de la réalité-.
Ensuite, c'était un simple lunatique, qui se baladait le soir sur la plage en repensant à tout ce qu'il avait perdu lors de ce séjour sur l'île.
Et pour finir, la plus étrange des idées qui lui venu était le fait qu'il était peut-être -et bien peut-être- un loup-garou.

Elle le fixa longuement, secouant doucement sa tête de gauche à droite. Elle avança et déposa sa main droite sur sa joue la caressant du dos de la main. Il semblait perturbé par ce qu'il s'apprêtait à lui révéler. Il n'était pas prêt à dire ce « parce que ». Et même si il menait peut-être une double vie ou qu'il était un loup-garou, elle l'embrassa tendrement pour le rassurer.
« Jason, tu m'inquiètes... Chut... Tu n'es pas obligé de me dire le pourquoi... C'est bon. Chut, ne dis rien, d'accord? Allons simplement dormir, d'accord? Simplement. »
Elle descendit sa main, la faisant tomber vers la sienne. Elle entrelaça leurs doigts et elle le tira avec elle dans la forêt sur un petit bout de chemin. Ils étaient à un kilomètre du camp, ils en avaient pour un bon quart d'heure. Elle se permit de faire un détour par les arbres, le guidant dans cet environnement qu'elle appréciait tout particulièrement, surtout la nuit. Elle s'arrêtait de temps à autre pour lui voler un délicat baiser. Après quelques caresses échangées, elle les ramena sur la plage. Le camp commençait à être visible, notamment grâce au feu qui dansait sur ses piles de bois.
« Tu pourras dormir au chaud, j'ai réussi à confectionner une couverture en fourrure, en revanche le lit en bambou n'est pas super confortable, mais bon... Je devrais faire une deuxième couverture qui ferait office de matelas. »
Main dans la main, ils suivaient sagement les courbes de la plage. Par chance, ils leur étaient impossible de voir le bateau de là où ils se trouvaient.
« Tu t'en fiches un peu, hein? »
Elle pouffa de rire, posant sa joue contre son épaule.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Lun 15 Avr 2013 - 19:57

    À l’heure qu’il est, le bateau doit avoir atteint la côte maintenant. C’est pour cela que j’ai voulu éloigner Jan Bom de ce côté de la plage. Si je ne l’avais pas croisé je serais là-bas à aider pour le déchargement. Mais je ne pouvais pas la laisser seule, pas après ce qu’il vient de se passer. Pas si elle croyait avoir vu un bateau –ce qui est pourtant vrai- et pas non plus en prenant le risque qu’elle me déteste après notre … Dispute ? Je suis un menteur et je m’en veux. Alors je peux au moins me faire pardonner en passant le plus de temps possible auprès d’elle. Je ne veux plus penser à notre petit accrochage et je ferai tout pour me rattraper. Je commence par lui chanter une chanson, mais très vite je me retrouve allongé à ses côtés. Jan Bom s’amuse à me mordiller le cou, tout sourire je lui demande d’arrêter, si elle ne veut pas me donner de mauvaise pensé. Je ne serai pas contre user du pêché de la chaire, là tout de suite et dans les bras de Jan Bom, mais il fait froid et en plus de ça il pleut. Pas vraiment cool comme condition … Tant pis on se rattrapera une prochaine fois. Je m’excuse une fois de plus pour mon comportement et je lui demande si elle veut bien de moi pour la nuit à venir. Je pense juste à dormir, rien d’autre. Elle et moi, enlacé et endormis. Elle semble vraiment surprise et si je n’étais pas si nerveux à l’idée de lui avouer ce qui me pèse, j’en rirai sûrement. Un faible sourire se dessine sur mes lèvres …

    - Yes … You and me … Us …
    dis-je dans un murmure.

    Elle croit peut-être que je lui joue une mauvaise blague, alors que je suis très sérieux et sincère. Je n’ai parlé de ces cauchemars à personne ici. Mais j’ai envie, j’ai besoin que Jan Bom le sache. Au moins elle. Je sais qu’elle ne me jugera pas, du moins je pense … J’ai tout de même peur de ce qu’elle dira ou ne dira pas … Peut-être qu’elle se moquera de moi et de mes terreurs nocturnes dignes d’un gamin de huit ans. Oui c’est une première, mais je ne veux pas que ce soit la dernière. Je dois lui dire. Si je lui cache … Ce serait encore lui mentir et il y a de grandes pour que cette nuit, je baragouine des choses parfois incompréhensible dans mon sommeil, que je pleure aussi et que je gigote tellement qu’elle se prendra un coup. À cette pensée, je me mors la lèvre. Je ne veux pas la blesser. C’est vraiment la dernière chose dont j’ai envie. Je tente de commencer à m’expliquer, mais je n’y arrive pas. Mes mots restent bloqués dans ma gorge et pourtant je dois trouver la force de le lui dire. Pour qu’au moins Jan Bom ne soit pas effrayée ou paniquée si cette nuit mon cauchemar venait me hanter. Elle se penche vers moi, alors que mon regard est perdu dans le vide. Je sens ses lèvres sur les miennes, alors que je repense à ce même cauchemar, toujours le même, au détail près. Je la laisse me tirer derrière elle, comme un pantin entre les mains habiles de son marionnettiste. Je n’ai pas la force de refuser. Je dois m’obliger à ne pas fuir, ne pas me défiler. Cette nuit je resterai auprès de celle que j’aime. Jan Bom me parle … D’une couverture qu’elle a confectionner et d’un lit de bambou pas confortable, mais je l’écoute que d’une oreille. C’est seulement quand elle me demande si je m’en fiche que je reviens à la réalité. Je cligne plusieurs fois des yeux et un petit sourire se dessine sur mon visage.

    - Non, non, je ne m’en fiche pas … Je sens que je vais passer la plus belle des nuits dans ce petit nid douillet et surtout avec toi.

    Sur ces mots je l’embrasse tendrement. Nous marchons toujours vers le camp, mais je m’arrête brusquement. Je dois le lui dire. Ne serait-ce que pour avoir une victoire contre moi-même. J’ai toujours un blocage pour en parler, d’où mon isolement toutes les nuits. Je dois passer par-dessus ça. Je prends délicatement les mains de Jan Bom.

    - Si je suis obligé de te dire ce qui ne va pas … Je ne veux pas te mentir, même si ce ne serait pas un mensonge très grave … Parce que si tu dors avec moi cette nuit, ce que je vais dire, te concerne aussi.

    Je baisse les yeux une fraction de seconde, un peu hésitant. Je soupire comme pour me donner du courage et je relève la tête vers celle que j’aime …

    - En fait … Je … Depuis que je suis sur cette île, je souffre de terreur nocturne et d’un cauchemar récurant qui survient presque toutes les nuits. Ça n’a pas l’air très grave comme ça c’est vrai, mais … Quand je fais ce cauchemar, je bouge tellement qu’un personne trop près de moi pourrait se prendre un coup et … Je n’aime pas me montré aux autres effrayés comme un gosse de six ans, car … Dès que je me réveille de ce cauchemar, je ne peux pas m’empêcher de pleurer et …

    Je marque encore une pause. Je m’embrouille un peu dans mes explications … Mais au moins maintenant elle sait.

    - Si je te fuyais chaque fois que la nuit tombait ce n’était pas contre toi, au contraire …
    Je plante mon regard dans le siens et je ne dis plus rien … J’ai envie de la prendre dans mes bras, de la sentir près de moi pour me rassurer, mais je n’arrive plus à bouger …

Revenir en haut Aller en bas
ϟ âge : 21ans.
ϟ localisation : quelque part, dans la fôret certainement.
ϟ feat. : moon hyun a.
ϟ DC : dae kyu & cameron diaz, eh ouais, on a la classe ou on ne l'a pas.
ϟ messages : 119

MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   Mer 17 Avr 2013 - 13:35

Il était bel et bien perdu, il ne prêtait même pas attention à ce que Jan Bom disait. Qu'est-ce qui pouvait tant le tourmenter? La jeune fille avait préférer de ne pas souligner son manque d'attention. Elle s’inquiétait pour le bien de son compagnon. Quelque chose lui faisait peur le soir, quelque chose qui l'empêchait d'être avec elle. Sauf ce soir.
Il insista sur le fait qu'il ne s'en fichait pas de ce qu'elle disait et qu'il sentait qu'il allait passer une belle nuit. Il l'embrassa mais il semblait toujours distrait. Elle le regardait de ses petits yeux noirs, elle le fixait avec peine. Pour lui, son regard était posé ailleurs mais il sentait certainement la tristesse ressentie par la Coréenne qui se collait tout doucement à sa peau, les œillades incessantes de celle-ci, ses mains qu'elle tordait dans tout les sens, son souffle plat mais inquiet, ses doigts devenus rouges... Jan Bom ressentait la peur qu'il ressassait. Elle ne se comprenait plus, elle n'avait jamais peur habituellement... Il la rendait folle. L'Amour rend fou.

Il s'arrêta soudainement, elle en fit de même. Il s'était à nouveau perdu entre deux mondes. Le réel, là où étais Jan Bom et celui de ses tourments, celui qu'elle ne pouvait pas comprendre et encore moins visiter. Le regard qu'elle lui adressait n'avait pas changé, toujours autant remplit de peine, d'inquiétude et surtout d'incompréhension. Jason lui prit les mains, comme si il s'apprêtait à lui révéler une chose affreuse et qu'il ne voulait pas qu'elle s'envole sous la stupeur. Elle serra alors ses mains, posant ses prunelles sur leurs doigts liés. Pour sa part, elle avait peur qu'il fonde et pénètre dans le sable. Il prit la parole. Il exposa une obligation, un mensonge. « Un mensonge pas très grave ». Elle buvait ses paroles, s'attendant au pire, à un terrible choc. Il hésita à continuer, il se tétanisait petit à petit. Le cœur de la jeune femme cognait contre sa poitrine, ses oreilles bourdonnaient... Elle ne supportait pas de le voir comme ça. Il avait l'air affaibli, comme si il se battait contre une maladie depuis des années et des années. Il était devenu pâle, trop pâle. Quand son visage se releva, elle cru voir un zombie. Cependant, il reprit sa phrase là où il l'avait arrêté et elle l'écouta attentivement.
Tout ce qu'il disait était confus. Lui même n'avait pas l'air de comprendre ce qu'il disait, tout se mélangeait dans son cerveau. Elle aurait voulu lui caresser les cheveux pour lui remettre les idées en place mais elle avait peur qu'il réagisse mal. Il était si différent...
« Pleurer ». Il avait dit « pleurer ». Elle le voyait mal pleurer... Pleurer par crainte, à chaudes larmes, jusqu'à s'assécher. Elle n'osait même pas l'imaginer durant une fraction de seconde en train de sangloter rouler en boule sous un arbre. Cette image lui donna des frissons. Il était comme ça à cause de cette île, de ses cauchemars. C'est comme ça qu'elle le comprit: l'île l’imprégnait de terreurs nocturnes. Alors qu'il prononça sa dernière phrase, il planta son regard dans le sien. Ses yeux exprimait quelque chose d'étrange, elle n'arrivait pas à déchiffrer. Elle ne supporta pas ce cri qu'il lui transmettait, alors elle baissa ses prunelles noirs séparant ses mains des siennes.

Pendant un instant, elle cru qu'il allait s'effondrer. Le cœur de Jan Bom s'était brisé durant quelques microsecondes, elle croyait même qu'il était mort. Son regard effrayant était devenu vide lorsqu'elle l'avait lâché. Peut-être qu'il avait pensé qu'elle allait partir, le laisser seul avec ses frayeurs. Mais non... Elle n'aurait jamais fait ça. Elle l'avait simplement pris dans ses bras. Elle lui frottait le dos d'un geste mécanique alors qu'elle posait tout doucement sa joue sur le sommet de sa tête. Elle pouvait alors revoir la mer, celle qui était source de cette étrange soirée.
Alors qu'elle regardait l'horizon, elle revit le bateau de tout à l'heure. cette fois-ci il s'éloignait tout doucement et au bout de quelques minutes il disparu dans la brume. Alors un sourire se dessina sur son visage laiteux.

« Moi aussi je souffre de terreurs nocturnes maintenant, mais je les vis éveillée. »

Elle laissa glisser sa main sur le dos de Jason, la poussant sur le côté pour attraper la sienne. Elle la serra tout doucement, de plus en plus fort et tant pis si elle lui faisait mal. Peut-être qu'il ne le comprenait pas comme ça mais pour elle cela signifiait qu'elle ne laissera jamais tomber. Jamais.


    I have to say...
    I LOVE YOU SO MUCH, DON'T GO...

    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: One day, two days, three days, four days...   

Revenir en haut Aller en bas
 

One day, two days, three days, four days...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Midori Days
» Jessica Lowndes
» Classic Days 2010 - 1er et 2 Mai à Magny-Cours
» jean + burning the days. (terminé)
» 7 days to die / the forest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where am I :: 
THE ISLAND ∞
 :: ↬South :: Port
-