WAI FERME SES PORTES ;o;
Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 A second wind, a second chance. An after.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: A second wind, a second chance. An after.   Ven 22 Fév 2013 - 21:52

Une brise vient fouetter mon visage, alors que mes paupières restent obstinément fermées. Je ne sais pas ce qui nous est arrivé, je n’en ai presque aucun souvenir, la seule chose que je sais c’est qu’après une turbulence plus forte qui a fait sortir des plafonniers les masques à oxygène toutes les lumières ont lâchés puis le noir totale … Des cris, des pleures même des prières murmuraient , s’était horrible j’ai préféré fermer les yeux, ignorer tout ça bien cramponner à mon siège, les ongles presque enfoncés dans le revêtement cuire du fauteuil .
Et ensuite, plus rien, ma mémoire me fait faux bond, je crois que j’ai du perdre connaissance quand l’avion à chuté tête la première ; une histoire de réacteur défectueux surement, qui nous à tous tués.

Je pense être mort, pourtant cette petite voix que j’entends, et cette minuscule main qui presse avec vigueur mon index me parais si réelles … Avec beaucoup d’effort, j’arrive enfin à ouvrir un œil ,puis l’autre, pour que mon regard tombe sur une large planche qui comprime mon thorax et bloque une de mes jambes. Je la soulève, je tente de la hisser sur le coté, mais elle est vraiment lourde, je geins en y mettant mes dernières forces et j’arrive enfin à la faire basculer . Je souffle, vidant mes poumons si longtemps oppressés et tourne la tête vers cette source de vie qui m’a réveillé. Je m’apprêtais à mourir, j’en suis certain ,je n’avais même plus conscience de respirer, et bizarrement il a suffit que ces faibles complaintes cours jusqu’à mes oreilles pour que les battements de mon cœur s’accélèrent et que mes sens s’animent à nouveau . Mes grands yeux bordés de cendre tombent dans ceux d’un petit bonhomme, le gamin de l’aéroport, celui assit avec sa mères dans l’allée centrale . Je le dévisage, il est couvert de suie ,l’appareil à en partie brulé et tout autour de nous une pluie de cendre se répand, teintant l’endroit d'un gris acier le rendant encore plus inhospitalier et peu rassurant .
Je jette un coup d’œil de chaque coté, il n’y a là que des corps sans vie, des sièges aux ceintures détachées, et des sac de voyage éventrés. Ce n’est pas ce que ce môme doit voir, alors tout en me redressant ,je me saisit du petit bout et le soutient contre mon torse, passant une main maladroite dans ses cheveux pour y retirer toutes la poudre d'argent; je vais aller l’assoir sous un arbre puis faire le tour des corps, constater le décès ou si semblant de vie il y a , porter les premiers secours .

Retournant vers l’épave scindé en plusieurs morceaux, je commence une longue recherche ,appelant parfois, dans l’espoir d’avoir une réponse. Mais rien .
Je tente aussi de retrouver la mère de ce gamin, je crois me souvenir à peut près de son visage et sa place en tout cas, mais rien, son siège comme toute sa rangée à dû s’écraser plus au sud . Parmi les décombres je retrouve une partie de mon mémoire, je le ramasse et récupère également mon sac et un doudou que je secoue de loin et que le petit identifie d’un petit sourire, c’est donc le sien . Je soupire lourdement ,je me sens dépassé par les événements, je tombe parfois, et ce n’est rien quand mes mains se rattrapent à un morceau de l’avion mais quand par contre je chute sur un être humain démembrer sous la violence du crash je ne peux que retenir de peu un hoquet de peur ,il ne faut pas alarmer le petit c'est ce que je me répète en boucle pour ne pas perdre pied ..
Reprenant mon souffle je me redresse après avoir appuyé deux doigts sur la carotide d’un vieil homme ,il est mort, il est même déjà froid. Je me demande si lui aussi avait conscience d’avoir touché terre sans que ça vie ne le quitte, que c’est son propre corps, à bout qui l’a achever .
Je retourne vers le petit garçon recroquevillé contre le grand arbre tropical, lui tend son doudou avant de prendre sa petite main et de pénétrer dans la foret …Je ne sais pas où l’on va mais au vu du style de végétation qui nous entoure je jugerai ça plutôt comme appartenant à une île de l’océan indien …il y a donc forcement une plage quelque part, peut être même tout autour de nous?
C’est un endroit stratégique pour attendre d’éventuel secours ou se retrouvait entre survivants, ma prise sur la minuscule main se resserre à cette pensée, et ce qu’il y en a ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Ven 22 Fév 2013 - 23:08

Le bruit des vagues apaisant, l’eau qui chatouille mes membres, mon bras que je sens douloureux, sont les premiers souvenirs de mon réveil. Mes oreilles bourdonnent, ma vue est trouble et je tente de me remettre sur pied. L’avion s’est bel et bien écrasé et j’ai cru mourir, mais je suis survivante, la seule debout parmi les corps étendue horizontalement que je distingue encore très mal. Immédiatement je pense à Min Gyu et je le cherche, je secoue ma tête, je titube et j’oublie les douleurs de mon corps... je ne pourrais jamais vivre sans lui, je me laisserais dépérir.

Je ne sais pas combien de temps s’est écoulé entre le crash et mon réveil, j’ai perdu toute notion, sens de l’orientation, équilibre, réalité... j’ai peur, car il n’est pas avec moi, car je ne l’entends pas pleurer. Immédiatement je me rends vers les décombres, la carcasse de notre moyen de transport et je n’y trouve rien d’autre. L’envie de vomir me prend et je ne tarde pas à rendre plus que je n’ai ingurgité, les larmes le montant soudainement.

Je ne dois pas pleurer, il est là quelque part. Je ne suis pas tombée sur son corps jusqu’à présent ou ce que je pourrais identifier tout comme. Des frissons me prennent quand je vois ces enfants innocents dans des états piteux, leurs corps inertes et leurs petits yeux fermés, endormis pour toujours. J’ai peur, j’ai si peur... je dois me maintenir éveiller malgré l’envie de me laisser tomber.

Je renifle... et j’avance, je cherche, je crie même si ma gorge est serrée, j’essaye de trouver... et j’ai mal, je suis une égoïste de penser à cette stupide douleur qui m’empêche d’user de mon bras comme je le souhaiterais. Ma cheville aussi semble avoir des séquelles, mais je m’estime heureuse... du moins pour l’instant, de ne pas avoir terminé comme tous ceux-là.

Je récupère des affaires, à nous... à lui et à moi, je serre l’un de ses tee-shirts contre moi et l’adrénaline me prend, je dois le retrouver mort ou vif, je dois en avoir le coeur net ! Mon rythme cardiaque s’accélère à l’entente de pleurs alors que je marche le long de la plage pour identifier les enfants sur lesquels je tombe, je m’arrête, face à ces feuillages qui bougent et je le vois enfin !

Il se jette sur moi et je ne peux réprimer un cri de douleur, assez brusque pour qu’il se recule en me regardant de ses yeux choqués. Mais je m’abaisse et lui sourit, embrassant son front en le serrant contre moi, soulagée, les yeux rougis par les pleurs que je retiens depuis.

Maman est là, ne t’inquiète pas mon ange, je suis là, tu n’as rien, tu n’as pas mal n’est-ce pas ?

Mon petit bout me dit que non, que tout va bien, il réclame un baiser magique dans le coup, piqué par une bestiole d’ici, il a traversé la forêt et très rapidement je me dis qu’il ne l’aurait jamais fait seul, je relève mes yeux et voit enfin cet homme qui m’accusait du regard à peine monté dans l’avion. Il a été formidable et je ne sais quoi lui dire... si ce n’ets un

Merci... merci beaucoup, je n’aurais jamais pu tenir sans lui... merci

Je me mords la lèvre, gardant Min Gyu contre ma jambe, alors que je manque de perdre l’équilibre. Je crois que je vais tomber dans les pommes après autant d’efforts et de surmenage, mes blessures auront raison de moi... je sens que je deviens livide et là, c’est le vide totale, j’ai peur de mourir, de le laisser... je ne veux pas, je vais lutter.

J’entends la voix masculine et suave de ce jeune homme, il doit surement taper sur mes joues, mais je ne me réveille pas, au contraire je sombre, lentement... morte de fatigue sans relâcher ma prise sur la petite main de mon fils qui doit surement angoisser. Il est le seul lien qui me maintienne en vie... qui me permette de me battre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Sam 23 Fév 2013 - 0:26

On ne fait que marcher, je commence sincèrement à ne plus pouvoir mettre un pied devant l’autre surtout que j’ai du prendre le gosse sur mon dos pour arrêter d’être ralentit par sa cadence si lente. En plus j’ai eu le malheur durant notre progression à travers cette foret vierge, de lui confier mon gros paquet de feuillet relié, et bien sur c’est incapable à cet âge là un gosse, alors à peine trois pas et monsieur est tomber .Il a voulu chouiner pour m’amadouer mais il a affaire à la mauvaise personne, dommage pour lui. J’ai souffler rapidement sur la plaie à son genoux et les pris sans trop trainer sur mon dos, moi, petit, on m’en mettait une quand je me faisais mal ou salissait mes vêtements, qu’il s’estime heureux .
L’air de rien le soleil tape fort, et moi qui suis un homme plus cérébrale que physique je suis rapidement à bout de souffle . Notre dur périple prend fin après deux heures passées à travers la foret, l’air y est presque irrespirable, trop d’arbres, pas assez de vent ,un vrai enfer charger en eau . Je transpire comme un malade, j’ai depuis longtemps ôter ma veste en laine, en dessous je n’avais qu’un simple t-shirt blanc mais maintenant il est presque devenu transparent, imbibé par ma sueur il me colle à la peau . Je force le petit à continuer à pied, je suis épuisé, je marche sans réellement savoir où , je n’entend pas ce qu’il me dit, il a l’air d’avoir repris des couleurs, comment les enfants font-ils pour occulter si rapidement ce qui les chagrines?
Une femme cri, mais je n’ai pas le temps de réagir que le marmot se tire en courant, me plantant là ,avec sa peluche . Je fronce les sourcils et m’approche à pas lent jusqu’à cette inconnue et sa nouvelle sangsue . Je la dévisage, même si elle est trempée et en larme je la reconnais , c’est bien la génitrice du morveux.
Le petit est pressé tout contre sa cuisse, je grimace pas le moins du monde attendrie, maintenant que j’ai repris mes esprits je n’ai pas envie de me montrer faible, abattue devant cette étrangère, et pour le bien de ma survie mieux faut que je remette ma carapace de connard. Je la dévisage elle me parait mal en point ,son bras semble déboiter, mais ça je ne le remarque qu’au premier coup d’œil je devrai peut être l’ausculter de plus près? Mouais non là vraiment je n’ai pas envie de revêtir la casquette du gentil médecin , bon bougre qui dévoue sa vie à ses patients, à partir de maintenant c’est chacun pour sa peau !

« Hm, pour dire la vérité il n’a pas voulu me lâcher, donc il m’a servit de mule »

Je prend un air détacher en glissant mes mains dans les poches de mon jeans délaver .Je détourne le regard fixant pensif l’étendue d’eau qui s’étant à perte de vue, je soupire lourdement à combien de kilomètre peuvent bien se trouver les premières terres habitées?
J’ai volontairement paru mauvais et j’ai mentit ,non j’ai juste changer un peu la réalité des choses, j’ai donner ma vision des évènements .Tout simplement parce que j’ai horreur que les gens se sentent redevable envers moi, même après une opération je ne retourne jamais voir les patients, parce que leur remerciement coulant de gratitude me sort par les yeux et me file la gerbe . Je ne le fais pas pour eux, c’est leurs cas qui m’intéressent .

Il était évident qu’elle réagirait ainsi , comme une bonne mère dépasser par les choses, qui rate tout ce qu’elle entretient et qui nourrie au plus profond de son esprit un sentiment de rancœur envers toute la gente masculine . C’est écrit sur son front qu’elle vit et élève seul son gosse, ça devrai être interdit, un foyer à besoin de deux parents, tout comme l’équilibre de l’enfant.
Je ne vais pas tergiverser longtemps, tout cela m’ennuie trop, mais au moment où je la vois tanguer dangereusement j’ai juste le temps de m’écarter avant qu’elle ne me tombe dessus. Je grimace la tête la première dans le sable ça doit faire mal .Le petit recommence à gueuler, je soupire frottant énergiquement mes tempes je demande au môme de cesser ses pleures, il le fait et je l’en remercie, déjà à deux doigts de le jeter à la mer. Je m’accroupie au dessus de l’évanouie et souffle sur un ton professionnel .
« Mademoiselle? Vous m’entendez? »
Aucun mouvement .
Je lui assène alors de légères claques, pas besoin de donner de gros coup , si elle ne réagit pas à ça c’est inutile d’insister .Je roule des yeux, bien conscient que cette empotée et son mouchard dépendent de moi . Doucement mes doigts remontent sa manche pour la lui faire retirer, je suis soulager de voir que sous son haut elle porter un soutien-gorge . Au réveille elle m’aurait certainement accusé d’attouchement , ça m’a tout l’air d’être son genre.
Une de mes mains se place sur son omoplate tendit que l’autre agrippe son poignet. Le bras tendu j’effectue un léger glissement vers l’intérieur, diriger vers son cou, un « crac » significatif se fait entendre et fait se stopper les reniflement du petit garçon coucher la tête sur le ventre de sa mère .
Une fois ma tâche accomplie je lui retire entièrement son haut et le déchire soigneusement dans la longueur, laissant les coutures pour ne pas a avoir a faire de nœud. Je le passe ensuite sans douceur autour de son cou, puis y glisse son bras, en deux minutes je viens de créer une écharpe pour son bras ~je m’épate moi-même .


Accroupie dans le sable près de l’endormie je réalise peu à peu que personne ne viendra nous sauver, qu’au vu des dégâts et du nombre de cadavre les gens de l’autre coté de l’océan nous penserons tous morts … Comment allons nous faire?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Sam 23 Fév 2013 - 1:53

J’étais surprise qu’un inconnu parle de cette façon, il était d’un naturel à faire exploser de colère quiconque tiendrait trois minutes avec lui, je n’ai pas cherché à savoir ce qu’il y avait derrière cette grimace et cette parole concernant mon garçon, à quoi bon lui chercher des noises alors qu’il me le ramène gentiment. Pour cette fois je ne dirais rien, je ne m’en préoccupe pas, obnubilé par mon garçon avant de sombrer dans une sorte de sommeil.

J’ai senti mon bras craqué et je me suis mise à manquer de souffle, les yeux grands ouverts en face de cet homme qui était toujours présent, et qui me rendait un second service. À croire qu’il n’est pas aussi indifférent à l’humanité qu’il le prétend. C’est agaçant, mais c’est bien que rien. Et je m’estime heureuse, pour une fois que ce soit un homme qui me sauve la vie... car au moins il ne perdait pas son sang froid.

Mon bras me fait beaucoup moins mal, même si j’ai surement encore des séquelles en vue de comment il est positionné, j’essaye de le bouger très doucement et ne retente pas. Il allait repartir et je ne l’ai pas retenu... si ce n’est avec une question.

Vous êtes médecin ?

Même s’il semble plus jeune, je veux bien croire qu’il a ce savoir-faire avec cette maitrise, c’est une question idiote que je préfère poser pour être certaine d’être entre de bonnes mains, car il aurait pu agir sur un coup de tête pour tenter de m’aider... enfin, c’est peu probable cela dit.

Min Gyu dans mes pattes que je rassure en lui intimant de se taire et en caressant son front, relevant sa longue mèche parfois. Je me relève, à genoux moi aussi, profitant d’une douce étreinte tout en regardant dans la même direction que l’inconnu. Nous sommes au beau milieu de nulle part sans savoir s’il y a des survivants, s’il y a suffisamment de vivres sur ce qui semble être une île... sans savoir si les secours viendront. J’ai peur, mais je dois me montrer forte...

Je soupire. Il faut qu’on dorme au chaud ce soir et dans un endroit beaucoup moins hostile pour mon petit ange... tous ces cadavres me donnent la nausée et me font frissonner. Je me lève et ramasse quelques sacs ou du moins ce qu’il en reste, ordonnant à mon petit garçon de cacher ses yeux jusqu’à ce que je lui dise de regarder, car un monstre est caché et que maman va le trouver et le dégommer... ce qu’il ne faut pas raconter ! En réalité, je fais des provisions... de vêtements, ces gens morts n’en auront plus l’utilité j’imagine... et mieux vaut les employer à des fins vitales que de les laisser pourrir avec... avec eux.

J’ai cette habitude de passer mes journées libres seulement avec lui et même si les habitudes ont la vie dure, j’ai quand même une pensée pour le jeune homme qui a sauvé mon fils et surement évité que je devienne une invalide. Je frissonne d’horreur à cette idée et retourne vers lui... resté sur la plage. Il va surement se préparer pour la nuit lui aussi et même si je crirais bien haut et fort que je n’ai besoin de personne pour me débrouiller, je dois bien reconnaitre qu’il m’a été d’une grande aide... ainsi, il serait préférable que je lui rende la pareille et j’aurais plus de chance en le gardant avec moi. C’est plus fort que moi, j’ai ce besoin de ne pas lui être redevable... et je le serais malheureusement pour quelques décennies.

Je... ne vous ai pas demandé, comment vous-appelez vous ?

Je ne suis pas très sure qu’il me réponde... j’aviserais. Il n’y a pas de raison, à moins vraiment d’être asocial... comme on me le dit si souvent, sans connaitre les personnes qui ont de réels soucis de paroles et prises de paroles. Mais passons, ces personnes-là ne son pas là. J’ai essayé de retrouver mon téléphone d’ailleurs, aucune trace, rien ne marche ici... rien ne semble vouloir fonctionner ou nous donner l’infime espoir don nous aurions besoin. C’était la dernière chance...

Je ne sais pas si je dois l’inviter à rester... c’est assez mal convenu de toute façon, puisque nous n’avons pas de lieu à proprement parler. Min Gyu s’endort sur mon épaule, fort heureusement, même si je n’en ai pas l’air, je suis solide et je me mords la lèvre. Je crois que je ne réalise pas, mais d’ici quelques jours ça ira mieux, le choc a été violent, sans précédent et il m’est impossible de faire comme si de rien était.

Est-ce que vous avez trouvé... des survivants ? Est-ce que vous vous souvenez ?

Car je ne sais plus ce qui s’est passé, j’étais déjà à moitié endormi, je me souviens seulement des cris, du bruit, puis du silence qui a suivi...
J’aimerais que nous ne soyons pas les seuls, moi la grande solitaire, voir du monde est bien plus rassurant qu’il n’y parait... et j’ai l’impression qu’il n’est pas du même avis, sans doute va-t-il me laisser. Je ne serais pas contre, car à savoir si un homme est digne de confiance ou non, je préfère que ce soit tout de suite... même s’il n’a rien à me prouver concrètement, c’est une sorte de test qui se fait automatiquement. Je ne juge pas... je constate et souvent je déteste ce qui en découle. Mais pour une fois, j’aimerais me tromper... parce qu’il a été rassurant jusque-là. Je ne lui montre rien, évidemment, adoptant un air totalement détaché, ce qui n’est pas bien difficile, j’ai l’air totalement perdue. C’est tout ce que je peux faire pour me protéger et pour Min Gyu aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Mar 26 Fév 2013 - 1:22

Elle rouvre enfin les yeux, se plaçant près de moi en essayant de bouger son bras. J’aimerai lui dire que ce n’est pas conseiller mais elle le découvrira bien vite quand la douleur la tiraillera encore une fois . Je me redresse faisant craquer mes genoux et époussette mes pantalons pour retirer les grains de sables restant. Je ne vais pas tarder, cette ambiance m’oppresse comme la situation dans laquelle nous nous retrouvons . Tout ces corps autour de moi me file la nausée, il faudrait les enterrer pour ne pas qu’ils se décomposent à l’air libre et contamine l’eau et la futur viande que nous chasserons .
Mais je laisse cette rude tâche à d’autre, je ne peux vraiment pas y toucher.

« Bien sûr que je suis médecin, je suis pas lycéen si c’est-ce que vous croyez »

Je grimace, tout le monde pense que j’atteins à peine la majorité, pff je trouve ça vraiment frustrant alors que je fais tout pour paraitre homme, qu’on me fasse enfin confiance!
Je me mord la lèvre en la regardant s’en aller près des cadavres alors que le petit nous tourne le dos comme demander par sa mère. La elle commence à remuer les corps sans vie, à leur prendre leur première couche de vêtement et sac de voyage. Je suis limite choqué par ce à quoi j’assiste je sais qu’il faudra inéluctablement passer par là mais tout de même …Non sincèrement je n’y arriverai pas ça fait tellement barbare et sans gêne .
Je grimace en reportant mon attention sur la petite tête blonde qui s’est accroupie pour jouer avec le sable ,ses petits doigts s’enfonçant dedans . Je me plante devant lui puis après l’avoir observer un petit moment je porte mon regard vers l’horizon, soupirant lourdement à chaque fois que la pensée « seul au monde »me vient en tête , je n’avais pas envie que cela m’arrive…j’aurai préféré mourir .

La jeune mère revient vers moi mais je reste toujours face à le vaste étendu d’eau salé, l’air songeur, l’esprit morose .
Au son de sa respiration j’en déduit qu’elle est tendue, que s'apprête t-elle à me dire? Je ferme les yeux, souffle discrètement avant de lui refaire face, pourquoi parait-elle si contrarié?
« Choikang, ChoiKang Shim et vous? »
Même si je m’en moque un peu ,c’est une phrase usuel ,et par principe je me devais de la poser, parce que je suis un jeune homme bien élevé .
Au loin le soleil commence doucement à décliner vers l’ouest, je fronce les sourcils, dans ce genre d’endroit la nuit tombe rapidement ,de plus il n’y aura plus aucune source de lumière ,rien pour nous protéger des bêtes sauvages , encore moins des autres personnes susceptible d’être échouées ici .
Je m’éloigne de l’eau et pars ramasser mon sac avant de gagner la petite dune pour rejoindre la foret avant qu’il ne fasse totalement nuit, j’y serai plus en sécurité .Sae Hee me suit, elle doit avoir peur mais n’ose pas me demander mon aide. Sans me retourne je souffle sur un ton faussement blasé .
« vous pouvez me suivre, mais que le gamin ne fasse pas trop de bruit . »
Je ne lui ai pas répondu quand elle m’a demandé si j’avais croisé du monde, ou bien si je me souvenais de quelque chose .Parce que j’ai trouvé toutes ces interrogations inutiles et légèrement idiotes mais bon je l’excuse c’est une femme . Je ricane légèrement avant de m’arrêter , on a dû marcher deux bons kilomètres et rien ne sert de continuer, bientôt le ciel se couvrira d’étoile et il sera presque impossible d’avancer. Je m’approche d’un arbre aux racines apparentent et passe une main dessus, grimaçant en y découvrant de petits insectes, je crois que je vais devoir prendre sur moi pour ne pas hurler de peur à chaque fois qu’une de ces merdes me grimpera dessus.
Je frissonne de dégout en me retournant, j’observe Sae et son morveux se préparer un petit lit pas trop loin, mais au niveau du sol. Mauvaise idée, j’ai vu à la télé que les serpents aimaient bien sortir la nuit pour chasser, et rien de tel que deux humains bien chaud pour les attirer.
Malheureusement ce soir nous allons devoir courir le risque . Je m’approche d’eux et après un petit temps d’hésitation m’assois juste à coté de la tête du petit garçon déjà endormis ,tout emmitoufler dans le pull de sa génitrice.
« Vous savez faire quoi au juste? Vous avez un briquet sur vous? Il nous faut de la lumière pour cette nuit . »
Je m’adresse à elle comme si elle avait encore dix ans, j’ai l’impression d’être en face d’une sale demeurée limitée, et ça me gonfle déjà .
Je plonge mon regard dans le sien puisqu'il est encore possible d'apercevoir son visage presque entièrement dissimuler sous un rideau d'ombre par manque de lumière . Je me relève pour réunir plusieurs morceaux de bois, les attrapant avec le révère de mes manches. Je les jette sans trop faire attention où ; bien trop presser de m’en débarrasser.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Dim 3 Mar 2013 - 17:15

Il m’avait l’air jeune pour être médecin, mais je n’allais pas remettre ses compétences en doute, il avait très bien agi et je n’avais rien à redire, car moi même je ne supportais pas que l’on doute de moi. Je me relève péniblement. Il a l’air de s’être offusquée par ma réaction, pourtant elle est naturelle et je ne lui tiendrais pas rigueur de s’être vexé si facilement. Je préfère ne pas m’aventurer sur un terrain sinueux dans une situation pareille, soyons maline.

Non bien sûr que non, c’est à titre d’information. Merci pour mon bras...

Sa grimace me fait légèrement sourire, mais je n’ai pas le temps de m’attarder sur ce simple fait, car Min Gyu s’inquiétait et qu’il ne comprenait pas ce que faisaient ces gens, allongés. Il est encore bien trop jeune pour avoir notion de vie ou de mort et je tiens à l’en préserver encore un moment, frissonnant d’inconfort en disant à mon garçon de rester sur la plage face à la mer pour qu’il ne voie pas tout ce carnage. J’en profite, malgré moi, pour prendre les sacs de voyage, laissant aux défunts ce qu’ils portent... plus tard, je suppose que nous aurions tout intérêt à les enterrer si l’on ne veut pas mourir infecté par quelques bactéries, asphyxié ou... contaminé par les bêtes que l’on chassera et qui s’en seront rassasié. Je reviens finalement vers l’étranger qui a veillé encore une fois sur mon petit en attendant que je revienne, le teint pale... je n’en reviens pas d’avoir agi de la sorte et pourtant, je sais que j’ai bien fait...

Je lui demande son nom et il se retourne à peine pour me demander le mien, chose qui ne m’échappe pas, sans doute n’a-t-il aucune envie de créer des liens pour ne pas être déçu, attristé si jamais il arrivait quelque chose, mais la courtoisie ne se perd jamais, à mon humble avis.

Park Sae Hee, mon fils s’appelle Min Gyu

Je ne sais pas quoi lui dire, si ce n’est que nous devrions rester ensemble, mais il s’en va, alors je m’empare d’une certaine quantité de sacs pour ensuite prendre la main du petit, le suivant sans dire mot. J’ai peur, bien sûr, comme toute mère, je me dois de rester en vie pour lui et je me dois également de faire en sorte qu’il ne lui arrive rien. Quant à ce jeune homme, puisque je lui suis en quelque sorte redevable à deux fois, je ne voudrais pas non plus qu’il lui arrive quelque chose. Il a l’air de savoir se débrouiller, mais sait-on jamais, on peut s’apporter mutuellement pour nous donner une chance supplémentaire de survivre.

Il m’autorise à le suivre et bien que je ne dis rien, je n’en pense pas moins. Pour qui se prend-il ? Nous serions en ville qu’il aurait eue droit à certaines remarques, mais ce n’est pas la peine de s’embrouiller pour si peu, quel âge a-t-il ? Il est plus jeune sans le moindre doute, je n’ai pas le droit de m’adonner à ce genre de gaminerie...

Après quelques minutes de marche, nous nous installons et je prépare Min Gyu à dormir, il est épuisé. Je suis contente de pouvoir moi aussi relâcher la pression accumulée en vue des derniers évènements, mais ça n’est pas le moment. Ce jeune homme me parle comme si j’étais une enfant, je ne sais pas pour qui il se prend, mais il va vite déchanter...

Je sais faire du feu sans briquet, pour commencer. Pour ce qui est du reste, vous l’apprendrez assez rapidement.

Pourquoi lui donner satisfaction alors qu’il agit en parfait petit ingrat ? Ne pas répondre, Sae Hee, reste calme, mais les bouts de bois qui m’atterrissent presque sur les jambes me font bien vite souffler. Je me presse pour allumer ce fichu feu, y arrivant en moins d’une minute, ayant installé le bois à une distance raisonnable, je finis par observer ChoiKang que je distingue à présent suffisamment pour lui lancer un regard noir.

Essayez de dormir, ça vous détendra surement...

Et ça contribuera à son humeur, espérons le ! Mais ça, je me garde bien de le dire... je vais finir par lui renvoyer ses remarques et agir en parfaite adolescente, ce qui ne me ressemble pas, mais en à peine une journée il m’a mise hors de moi... me faisant passer par tout un panel d’émotions contradictoires... il est plus psychiatre que médecin j’imagine... un véritable retourne cerveau ! Je frissonne et me sers à Min Gyu en caressant sa frange, sans manquer d’observer de temps à autre le jeune homme. Il aura eu le mérite de nous faire oublier notre toute nouvelle condition... à m’énerver de la sorte. J’ai beaucoup d’autres questions pour lui, mais... je n’en dirais pas plus pour ce soir, laissant reposer son esprit qui doit bouillonner sans doute, à l’idée d’être enquiquiné par une femme et son enfant. Il apprendra rapidement qu’on ne doit pas juger un livre à sa couverture et que c’est utile d’avoir quelqu’un de plus expérimenté avec des compétences autres... on ne peut pas survivre seul, à moins d’être extrêmement doué... ou d’apprendre sur le tas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Mar 5 Mar 2013 - 1:42

Elle me rembarre, je la fixe sans caché mon agacement, tout ce lit si bien sur mon visage que j'ai perdu depuis tout jeune l'envie de cacher mes ressentit, c'est une perte de temps et c'est surtout très drôle de ne "pas y arriver ".
Je ne fais pas attention quand je commence à jeter les brindilles que je trouve autour de notre petit camp improvisé, en réalité je crois que l'envie de la frapper avec est si forte que je n'ai trouvé que ce maigre substitue pour ne pas explosé . Ils atterrissent sur ses jambes mais si elle savait la pauvre que j'aurai bien envie de les lui mettre dans le ventre elle arrêterai de soupirer toutes les deux minutes et s’estimerait heureuse !
Enfin , le feu est allumée,elle est allé vite mais je soupçonne la chance du débutant,je ne suis pas macho , juste observateur et elle ne me parait pas tout droit sortit d'un groupe sur entrainé en exploration de terre inconnues, donc oui j'ai bien raison elle à juste eut du bol sur ce coup là .
Le petit dort déjà, il a la belle vie lui, il fout rien il pionce et c'est moi qui me démène pour qu'il ne se gèle pas les fesses, pff injustice vraiment. Mon père disait, quand tu veux quelque chose fils, donne s'en toi les moyens . Si ce gamin survit à cette première semaine sur île il aura plus qu'intérêt à ce mettre au pas, ou bien je le jetterai à la mer . Un rire m'échappe quand je m'imagine passer à l'acte, sa sorcière de génitrice risquerai pour sur de me sauter dessus, elle n'est pas bien épaisse même si ses mains sont larges comme celles des bucherons, j'aurai vite fait de la mettre à terre et de la balancé au loin rejoindre son marmot .
Je souris, penser de façon si dure et violente m'a permis de me décrispé, je me sens bien je vais pouvoir songer à dormir maintenant .

J'ai toujours besoin de décompresser, avec les études que je fais il ne serai pas surprenant que je finisse interné si jamais je n'avais pas recourt à ce genre de défouloir spirituel . Une grande colère m'anime et me pourrie l'existence,mais je fais avec parce que je n'ai jamais vécu sans, mieux vaut s'adapter que se tirer une balle dans la tête non?
Je m'allonge sans attendre que la vieille mégère ne m'y invite, pour qui se prend t-elle?

"hm, et vous reposez vous je ne compte pas porter votre mioche demain et je n'ai pas envie de chercher de quoi manger pour nous trois . Il n'est pas à moi donc je n'ai pas à le nourrir . je pense donc qu'il serai préférable que vous arrêtiez de parliez et dormiez enfin, alala les femmes ..."

Ma dernière exclamation n'est qu'une supposition, je ne connais pas les femmes, je n'en ai même jamais vraiment fréquenter pour être sur qu'elles soient toutes aussi chiante que Sae Hee, mais bon autant faire le mec qui à de l'expérience pour qu'elle arrête de me prendre pour Min Guy 2.
Je m'étend au sol de l'autre coté du foyer et me roule en boule dans l'épais châle que je portait à l’aéroport . Ma tête appuyée sur mon sac de voyage je me met à fixer les flammes dansantes et les petits crépitement rouge vif du bois sec . Je lâche un lourd soupire avant de me tourner dos à tout ça, les bras serrés en croix contre mon torse large de nageur . Je ne sais vraiment pas où tout ça nous mènera, si j'aurai encore ces deux idiots pour passer mes nerfs, si je ne vais pas finir par mourir ,bouffer par les moustiques ou bien une bête plus grosse .
Mon regard dérive sur mon manuscrit relier échouer à quelques centimètre de mon visage, mes doigts fins redessinent le contours des lettres dorés, incrusté dans la couverture ... Toute ma vie est avec moi, et elle se résume à un mémoire que je dois faire valider . Personne ne m'attendait vraiment que se soit à Beijing ou ailleurs, je ne manquerai même pas à mes parents, encore moins à mes camarades internes ... Je ne suis qu'un pauvre con perdu au bout du monde , sans aucun intérêt . Comment ne pas être amer après ce genre de conclusion douloureuse mais pourtant si vraie ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Mer 6 Mar 2013 - 21:39

Et toc ! Je sais que ce n’est pas du tout une façon de se comporter pour une adulte responsable, mais au moins ça aura eu le mérite de gagner un peu de ce précieux temps de silence en sa compagnie. Ce Choikang a tendance à dire un peu trop ce qu’il pense... dans n’importe quelle circonstance et bien que je préfère le savoir, il n’a pas à être si dur avec les personnes qu’il ne connait pas, notamment moi, et surtout mon fils. Ainsi, lorsque je me mets à faire du feu, il me regarde avec ce petit sourire à peine perceptible qui me révèle tant de choses sur ses intentions... j’ai de la chance, je ne suis pas très expressive concernant les autres, ce qui m’avantage par rapport à lui, car il ne lira pas l’énervement que je ressens à mon tour.

Lorsqu’enfin j’y parviens, très rapidement malgré tout, je m’allonge et lui intime de dormir, chose qu’il me renvoie en me disant que ce garçon n’étant pas le sien, il ne cherchera pas de nourriture pour lui. Je finis par soupirer, le regarder dans les yeux et lui répondre d’une voix calme et totalement certaine.

Mon fils ne vous enquiquinera pas et JE m’occuperais d’aller chercher à manger pour lui si c’est ce qui vous inquiète Mr. Shim.

J’aurais bien fait du feu pour Min Gyu et moi, mais malheureusement, ça se partage... il a bien de la chance. Ainsi, je me retourne et m’exécute, puisqu’il veut que je me taise ce sera sur une parle que j’aurais prononcé afin qu’il comprenne bien que je ne compte pas dépendre de lui, je n’ai jamais eu besoin de personne dans ma vie pour subvenir à mes besoins... et ça ne va pas commencer maintenant, j’ai toujours tenu le coup, ce n’est pas à un gamin de me dire ce que je dois faire... je le ferais quoi qu’il advienne si ça me semble la chose à faire... quelle idée !

Mes yeux se ferment et j’attrape mon petit dans mes bras, pour me réchauffer, mais aussi pour être sur que le lendemain, il soit là, au chaud avec moi et surtout, en sécurité. J’ai peur, évidemment de tout ce qu’il s’est passé en si peu de temps... de ce à quoi va ressembler ma nouvelle vie, si elle dure... j’ai peur qu’on ne nous retrouve pas... qu’on s’entretue. Je n’hésiterais pas à donner ma vie pour Min Gyu, mais j’ai peur qu’il se retrouve seul aussi ou qu’il grandisse d’une façon que je n’apprécie pas. J’ai du mal à m’endormir, mais je trouve finalement le sommeil vers le milieu de la nuit...

###

Lorsque j’ouvre les yeux, le soleil frappe à travers les feuilles de l’arbre sous lequel nous étions, la légère odeur du feu éteint me monte au nez et mon premier réflexe et de voir si Min Gyu est là. Oui, visiblement et bel et bien réveillé, il m’a attendu sagement, bon garçon. Je souris, tend doucement la main, mais je grimace, c’est encore douloureux et j’ai toujours été incapable de me tenir très longtemps lorsque j’avais des membres immobilisés.

Je vois le grand jeune homme plus loin, toujours allongé lui, et l’envie de le réveiller me prend, mais je ne le ferais pas, le laissant constater qu’un petit serpent caresse sa cheville pour remonter vers sa cuisse. Ce n’est pas venimeux pour ce que j’ai vu, j’ai dû étudier des milliers de terrains et ces petites bébêtes sont un très gros problème, cela dit, ça n’a jamais fait trop de mal. Je souris légèrement à Min Gyu, lui prend la main pour lui dire de venir aider sa maman à chercher des fruits dans certains arbres que j’aperçois plus loin, par exemple, mais il n’y aura pas que ça, et étant donné mon bras invalide pour le moment, si monsieur veut manger du poisson, il devra en chercher... nous en aurons besoin. Tout comme il aura besoin d’un abri.

Je finis par déposer petit à petit quelques fruits sur un linge propre, d’un des sacs récupérés, puis m’attaque à certaines feuilles immenses, que je peux décrocher, avec difficulté, certes, pour prouver ma bonne volonté malgré ses remarques désobligeantes. Il ne connait pas les femmes et encore moins les mères célibataires, quel vieux petit macho coincé ! J’en suis quasiment sure... et ça me remonte le moral d’autant plus qu’il n’apprécierait pas que je le sache. Finalement, j’étale les feuilles à côté de lui, donnant un petit coup dans son pied, pour le réveiller.

Qui comptait ne pas avoir l’autre dans ses pattes déjà ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Jeu 7 Mar 2013 - 1:52

La nuit a été vraiment mouvementé . Pourtant je ne m'attendais pas à dormir comme un loir mais quand même mieux que ça! J'ai du enfin fermé les yeux quand les premiers rayons du soleil filtrer aux travers des épais branchages qui nous dissimuler ..C'est très certainement pour ça que je n'ai pas sentit ni entendu cette vieille sorcière s’éveiller .
Elle, elle a son môme qui fait bouillotte, moi mise à part mes bras et un petit bout de cardigan je n'avais rien pour parait toutes les attaques de ces connards de moustique et éviter à mes fringues d'être tremper par la rosé du matin. Je suis d'une humeur massacrante, je refuse d'ouvrir les yeux même quand ce diable commence à venir tapoter ma joue avec ses mains sales . Vraiment elle l'a mal élever son petit con .

C'est une sensation étrange contre ma cuisse qui a finalement eut raison de mon entêtement, j'avais bien remarquer que quelque chose remuer au niveau de ma cheville mais j'ai longtemps cru que c'était simplement le gamin qui s'amusait , qu'il cherchait juste à usé mes nerfs.
Il ne faut pas sous estimé un enfant sous prétexte qu'il a de trop petit membre pour pouvoir vous étrangler . Moi je sais de quoi ils sont capable et que derrière leur regard attendrissant et leur bouilles de poupons se cachent des tueurs en puissance!

Non sérieusement je crois que j'ai de la fièvre là, je n'arrive même pas à retrouver mon calme alors que j'ai les yeux ouverts et l'esprit clair .
Je me redresse sur les coudes et jette un coup d’œil sur le long machin vert qui se balade à présent sur l’élastique de mon pantalon et qui menace de s’infiltrer par l'ouverture au niveau de l'entre jambe. Je pousse un léger cris en donnant par réflexe une grande claque au serpent qui vole jusqu'à des branchages à une dizaine de mètre de là .
Je reprend difficilement mon souffle alors que le môme à présent accroupi à mes cotés se met à m'applaudir joyeusement .
et elle qui n'en rate pas une ...

"Vous auriez pu le retirer non ?! je sais que vous l'aviez vu espèce de folle ! Je sauve votre bambin et c'est comme ça que vous me remerciez?! pff si ça serai à refaire ..."

Je ne finis pas ma phrase car je réalise être aller trop loin. Je n'aime pas quand cet état proche de celui du remord me prend à la gorge et ne veut plus me quitter. Je sais que j’exagère, que je ne pourrai pas toujours ressortir cette excuse car elle s'en veut déjà assez d'avoir failli à son rôle de parent. J'aurai beau lui rappeler mainte fois qu'elle n'y est pour rien, elle en restera convaincu .
Je décide par prudence de m'éloigner sans pour autant demander pardon, elle comprendra très vite que lorsque je fuis c'est que je n'ai plus d'autre argument ou que j'ai conscience d'avoir commis une erreur, ça vaudra alors toutes les excuses du monde.

J'arrive à bout d'un buisson plutôt épais et tombe sur une clairière dégage, idéal pour se rafraichir . Je m'approche de la cascade et plonge une mains dedans , même si l'eau est clair il faudra tout de même la faire bouillir pour supprimer tout les microbes qui y pullule . Je retourne sur notre campement de fortune et m'approche de Sae Hee alors qu'elle se prélasser à coté de son gamin; non mais vraiment on est pas au camping!

"à une dizaine de mètre plus au nord il y a un point d'eau, elle est potable mais mieux vaut la stérilisé avant. Videz vos flacon de parfums pour midinette on va s'en servir comme bouteille ."

Je la dévisage sans un sourire puis ramasse au sol mon gros sac de voyage. J'en sors deux petite bouteilles d'eau en plastique à moitié vide puis transverse leur contenue dans une seule. C'est mes réserve ils n'y auront pas le droit . Je retourne à la cascade et glisse dans l'eau ma boite à bento, s'était au cas où une petite faim me prendrai durant le voyage. Finalement j'ai bien fait d'acheter la plus cher, celle en métal elle ne fondra pas sur le feu quand l'eau chauffera .
ça va nous prendre un temps fou de tout transporter, chauffer, refroidir pour finir par remplir mais on ne peut pas faire autrement, et au moins nous sommes assuré de ne pas mourir de soif . Un souci en moins .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Jeu 7 Mar 2013 - 20:30

Il se réveille enfin, parce que Min Gyu l’enquiquine et j’allais lui dire d’arrêter quand finalement il a ouvert les yeux pour se mettre à sauter de peur par le petit serpent. Je me mords la lèvre et soupire, prenant le petit avec moi tandis qu’il commence à m’insulter ! Si c’est moi, c’est une chose, je m’en contrefiche, car je l’ai cherché, mais je ne l’aurais jamais laissé mourir tué par un serpent s’il était venimeux... quel inculte ! La suite en revanche était beaucoup moins amusante, car il touchait à Min Gyu. Il s’est levé en me regardant, j’avais les yeux presque noirs de colère et j’ai lourdement soufflé avant de me mettre à le suivre en marchant d’un pas rapide. Mais j’ai préféré faire demi-tour et l’ignorer, il l’a sauvé, il ne peut rien refaire... et j’assume à présent mon rôle de parent... qu’il ne s’inquiète donc pas.

Il revient au bout d’un moment, sans s’excuser, en me regardant avec mépris, bien, qu’est-ce qu’il me veut ? Qu’il s’estime heureux que je le compte dans mes projets pour construire une cabane, ou quelque chose d’assez confortable et de résistant... avec les moyens du bord, pour l’instant ce n’est pas facile.

Bien. Dis-je.

Il se prend pour le chef et je poursuis mon tressage, ces énormes feuilles nous feront un toit idéal, pour ce qui est des murs... il faudrait couper du bois... mais je ne peux pas vraiment m’en occuper et je ne suis pas disposée à demander à monsieur... quoi qu’il ne s’est pas gêné.

Il nous faudrait du bois pour construire une cabane.

Dans les arbres, je précise, mais n’importe quel bois fera l’affaire, nous manquons de moyen. Quand à moi, la dernière feuille faite, je me lève pour fouiller dans les affaires ce que j’ai. Deux bouteilles d’eau aux trois quarts vides, une bouteille de parfum et deux bols, ça devrait suffire. Je les lui passe avant de marcher à côté de lui pour poser mes feuilles sous l’arbre sous lequel nous avions dormi. Il allait falloir construire une échelle de fortune, encore une fois, ni corde, ni bois... il y a bien des lianes, mais étaient-elles assez solides ? Devais-je lui en parler ? Je soupire et me dirige vers le point d’eau qu’il m’a indiqué, gardant Min Gyu avec moi tout en lui expliquant ce que nous allions faire afin qu’il ne fasse pas la bêtise de boire directement à la source, on ne sait jamais.

Je repense à ce qu’il a dit, pour une raison idiote, je n’ai pas été auprès de Min Gyu à mon réveil... et je n’aurais pas pu le protéger. Et s’il ne l’avait pas récupéré, qu’est-ce qu’il serait advenu de mon petit garçon ? Je serre les dents, frissonnant d’angoisse. Il est insupportable, c’est mesquin de reparler de ce court passage, très important certes, mais de cette façon. Un médecin qui plus est... c’est du joli.

Une fois l’eau récupérée, je reviens à notre « base » nous avons besoin de faire chauffer l’eau est pour ça d’une grille qui ne risque pas de bruler pour poser nos affaires. J’en confectionne une avec mon matos d’architecte, j’ai quelques bouts de faires et bâtons qui nous seront utiles. Ça me prend du temps étant donné que je n’ai pas la possibilité de tendre l’un de mes bras, mais j’y parviens sans difficulté, mes mains sont faites pour créer, autant en profiter.

Nous avons donc, à boire, à manger, mais je ne peux pas récupérer autre que des fruits pour l’instant, je ne lui ai même pas demandé jusqu’à quand mon bras sera dans cet état, et par fierté purement féminine de prouver que je n’ai pas besoin de lui... je ne préfère même pas le lui demander. Ne serait-ce que par son manque de respect et ses paroles que je voudrais bien lui faire ravaler !

Je prends Min Gyu dans mes bras, qui allait courir vers le jeune homme, vers la plage. Hors de question !

Min Gyu, tu restes ici, ne va pas embêter Mr Shim, il n’aime pas ça.

Il ne nous aime pas, avais-je envie de dire, mais c’était un peu trop dur pour un enfant, étant donné la situation je préfère mille fois lui dire de ne pas s’approcher qu’il se sente rejeté de tous... en l’occurrence, l’unique personne qui est avec nous. Je me mords la lèvre, puis l’observe de loin... me demandant ce qui a bien pu pousser ce jeune homme à être aussi ingrat avec les gens autour de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Ven 8 Mar 2013 - 17:17

J'ai mit du temps à stérilisé toute l'eau, mais bon elle est venue m'aider et je n'ai pas dit non après tout elle la boira bien , cette eau. Assit près du feu je regarde un peu ce qu'elle a eut le temps de faire durant mon absence, elle est assez manuelle comme fille et chez moi ce n'est pas un compliment . J'ai horreur que les rôles soient échangés, une femme c'est fait pour être sous les ordres de son mari, elle écoute et fait ce qu'on lui demande elle ne prend pas ce genre d’incitative .Pourquoi une idée aussi arrêtée et machiste? Parce que tout le monde sait qu'elles n'attendent qu'un peu d'indépendance pour s'affirmer, ras le bol des féministes on nait pas tous égaux, qu'elles l'acceptent ~.

"Je vais aller faire un tour sur la plage, voir si on y trouve pas des moules ou des trucs dans le genre .."

Ouais niveaux vocabulaire animalier je suis très rétreint , moi et la nature ça ne le fait pas du tout ,je n'ai jamais été scout je fuyais carrément les excursions en foret quand mon père faisait la proposition les dimanches matins . Mais là je ne peux pas faire autrement, alors je vais essayer de m'adapter à ce nouvel environnement .
Je me relève et contourne le gamin qui bouchonne les bouteilles, il va en foutre partout si il continue à chanter , on peut pas faire deux choses en même temps quand on a le cerveau à moitié fini . C'est scientifique .

Je traverse le petit bois, je crois mettre un peu habituer à la température et surtout à l'air chargé en eau, je transpire moins qu'à mon réveil hier mon métabolisme s'adapte lentement.
Arrivé sur la plage je retire mes chaussures puis mon t-shirt avant de remonté les pans de mon pantalon sur mes mollets. Je vais m’aventurer vers les rochers ,là ou les vagues frappe le plus fort j'y trouverai forcement des coquillages comestible .
Je rentre dans l'eau, les bras lever pour ne pas être plus mouillé, l'eau claque contre mon torse, je geins plaintivement et grimace même quand une vague me recouvre entièrement . Je soupire en secouant la tête , chasser l'eau de mes cheveux . Je reprend mon souffle et avance, ça finis de me réveiller, la mer est fraiche malgré que le soleil soit déjà haut dans le ciel . Je monte sur un premier gros rocher et me tourne face à la plage, j'ai une vue sur l'ensemble et je constate amèrement qu'il n'y a pas âme qui vivent ...Par contre je repère une montagne il faudrait penser à escalader pour s'assurer qu'il n'y ai pas des campements de rescapés perdu en foret .

J'ai pris une petite heure et je reviens sur la plage les bras charger de truc visqueux que je pense mangeable, au pire je ferai tester le tout au gamin, si il crève c'est que ça ne l'était pas .
En parlant du monstre je le vois arrivé en courant vers moi, tout content que je ramène des petits amis avec qui il pourra jouer .Je le chasse en secouant la tête pour le tremper il rit mais ce n'est pas ce que je voulais !

"Dégage ou j'te fous dans la flotte! "

Je lâche sur mon t-shirt toutes mes trouvailles et me précipite sur le gamin qui se met à rire .Pourquoi il rit?! Je vais vraiment l'y jeter! Je le soulève et le porte, la tête en bas avant de revenir jusqu'à sa mère assise non loin. Je lui tend le morveux en fronçant les sourcils il continue de rire et d’applaudir, il pense que j'uis un copain c'est ça?

"Tenez le un peu, il me dérange ."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Dim 10 Mar 2013 - 2:16

Des moules ou des trucs dans le genre. Je devine tout de suite qu’il ne s’y connait pas vraiment, encore que j’aurais pu être dans ce cas si je n’étais pas une acharnée du travail. Sans doute est-il pareil. L’eau chauffée, il s’en va donc pour aller chercher de quoi nous nourrir autrement que par des fruits et je ne peux pas m’empêcher de le regarder de loin, enlever son tee-shirt et me mordre la lèvre en détournant comme une adolescente, surprise... ça ne m’était pas arrivé depuis l’arrivé la naissance de Min Gyu. Je souris mine de rien et poursuis mon activité, j’aurais du songer à avoir une quelconque relation détachée de tout sentiment avant ce voyage, ne serait-ce que pour me détendre, eh bien non..., et je n’ai pas de chance, cet espèce d’imbécile de médecin coincé n’est pas si mal... de quoi me frustrer un peu plus encore.

J’autorise Min Gyu à aller le rejoindre, difficilement, car je pense qu’il n’est pas du tout enclin à accepter les enfants, chose qui est un point négatif pour lui, si jamais il venait à se rapprocher de moi. Min Gyu a l’air de sourire contrairement à l’inconnu qui revient avec ce dernier dans les bras, tenu pratiquement à l’envers ce qui fait éclater de rire mon fils, si innocent qui ne comprend surement pas le véritable sens de ses mots.

C’est un enfant, je ne peux pas le mettre en cage, vous avez l’air de vous débrouiller

Dis-je, confectionnant d’autres grilles afin de prévenir, en cas de problèmes. Je me mords la lèvre, puis le fixe avant de prendre Min Gyu et de le garder avec moi, le grondant sous les yeux du jeune médecin.

Qu’est-ce que je t’ai dit ? Il ne faut pas l’embêter

Mon garçon me fait la tête et je soupire, l’ébouriffant avant de lui proposer de ramener quelques pierres pour mettre autour du feu quand il y aura du vent. Il s’exécute, avec plaisir, pour aider sa maman, chose qui m’a toujours attendri et il le sait pertinemment, d’ailleurs il n’attend qu’une chose, que je l’autorise à y retourner... je ne sais pas quel intérêt il peut lui trouver, se faire repousser ainsi... c’est peut-être ça, en réalité, cette volonté de partager un lien avec un homme plus âgé, un modèle... mais s’il devenait comme lui, je n’aurais plus qu’à tenir un rocher dans mes mains pour me laisser couler dans la mer... c’est totalement hors de question ! Je le connais très peu, pour ne pas dire « pas ». Mais pour ce qu’il me laisse entrevoir, pour l’instant, je ne suis vraiment pas satisfaite... je n’ai rien demandé et il me cherche constamment comme si j’étais une enfant, veut-il jouer ? C’est un jeu ? Je viens à peine de comprendre et je me demande si ce n’est pas cette raison-là, sa façon de s’exprimer, il veut que je réponde ? Je soupire, essayant de me concentrer sur autre chose que ces questions stupides.

Je ne vois pas pourquoi...

Je parle toute seule, parfois, juste pour me vider l’esprit, mais je me coupe à temps, car voilà qu’il revient, je n’ai pas envie qu’il comprenne à quel point je suis troublée par cette rencontre. Il est à la fois insupportable, mais raisonnable, c’est une chose que j’ai très rarement pu observer chez une même personne et ça m’intrigue. Je voudrais savoir comment il fonctionne et c’est d’autant plus frustrant que je ne suis pas le moins du monde habituée à m’intéresser à la gente masculine.

Des fruits en tout genre, de quoi boire et faire cuire... il ne nous manque plus qu’un toit

Que j’ai construit, mais j’entends par là « va donc couper du bois, puisque tu es l’homme et que tu as envie de te prendre pour le plus fort de nous deux malgré mon expérience et le fait que je t’aurais volontiers mis la pâté si je n’avais pas mon bras dans cet état...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Dim 10 Mar 2013 - 16:31

Le mettre en cage, c'est une bonne idée qu'elle arrête de faire des grilles pour rien et qu'elle s'occupe plutôt à les rassembler pour pouvoir y enfermer son morveux . Je m'éloigne pour récupérer ce que j'ai trouvé près des rochers , le soleil tape sur mon dos c'est agréable ça me réchauffe et sèche ma peau, j'ai limite envie de me prélasser mais si je m'allonge là je vais finir par m'endormir et la sorcière ne me loupera pas . Je rassemble les pans de mon t-shirt pour m'assurer qu'aucun bigorneaux et autres bestioles ne s'échappent et retourne vers les deux nuisibles .

"tenez, chargé vous de ça , ça me dégoute "

Je lui lâche le panier improviser de crustacé sur les genoux, la faisant grimacé . J'esquisse un sourire satisfait de lui avoir fait perdre ce petit air suffisant qu'elle affichait . On pourrait croire qu'elle est apaisé, qu'elle s'est fait à l'idée de devoir rester là , vivre ici et y élevé son enfant . Même si cet état d'esprit défaitiste me répugne je ne peux pas le contre dire, je n'ai aucune preuves, rien de sûr que je pourrai avancé pour lui démontrer qu'il existe encore un petit espoir . Les faits sont contre moi et mon envie de m'en sortir , on est perdu en plein océan, seul certainement, destinée à le rester jusqu'à la mort . Je soupire et m'installer près de Saehee sans trop m'en rendre compte . A chaque fois que je repense à notre situation je déprime, c'est légitime mais vraiment frustrant . je n'arrive pas à relativisé me dire qu'un jour ou l'autre toute cette merde prendra fin , mais je ne suis pas assez convaincant . Toujours torse nu, je passe une main dans mes cheveux a moitié trempé et tourne la tête vers la demoiselle assit près de moi . Je la dévisage un long moment, je sais que je vais devoir me rabattre sur elle quand j'aurai "trop faim" mais ça me va, elle est bien conserver pour son âge . D'ailleurs je me demande combien elle a .

" Vous avez quel âge? "


Depuis tout à l'heure elle détourne le regard, et je me demande bien pourquoi , je ne suis pas si affreux et elle en a déjà vu des hommes torse nu.Quel mouche à bien pu piquer cette petite mamie avant l'heure? Je souris et passe une main sur mon pectoral gauche, le regard fixé sur la mer et ses remous . Je ferme un instant les yeux, laissant ses embruns venir flatter mon visage et la pointe de mon nez retroussé, ça me calme rapidement et adoucis mes traits je suis sensible à ce genre de chose, car le vent et bien la seule chose qui peut me faire perdre le file de mes pensées et diminuer les battements immodérés de mon cœur .

Le petit est assit plus loin, les fesses dans le sable les pieds dans l'eau . Il essaye d'attraper entre ses petits doigts boudiner les minuscules organisme vivant qui s'ébattent à la surface de l'eau salé . J'esquisse un sourire, c'est mignon seulement de loin un enfant, mais c'est mignon quand même . Je ramène mes genoux contre mon torse et y appuis mon menton, à cette distance on doit donner l'image d'un couple en vacances sur une île paradisiaque, un couple ou une mère et ses deux enfants ~. Je ris un peu et me pince les lèvres, elles sont sèches il me faudrait de la crème hydratante, je lui en demanderai .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Dim 10 Mar 2013 - 21:31

Il finit par revenir en me balançant sur les jambes ce qu’il a ramené, ce qui me fait frissonner d’horreur, car c’est froid et visqueux et que là, tout de suite je ne m’y attendais pas. Je le regarde et penche la tête sur le côté, visiblement ça le fait sourire de me voir plus ou moins agacé, il est réellement né pour m’emmerder celui-là, n’est-ce pas ? Encore que j’aurais pu tomber sur un Don Jun qui ne m’aurait attiré que des ennuis, au moins il se rend utile... c’est déjà ça.

Me voilà réduite à décortiquer des coquillages et autres merveilleuses bestioles de la mer... j’ai tout intérêt à ne pas les laisser s’enfuir pour celles qui le peuvent et à les tuer avant, je n’ai jamais été très sentimentale avec ces petites choses... contrairement à Min Gyu, fort heureusement, il n’est pas dans mes pattes et je le surveille de loin, suffisamment pour voir qu’il ne se fait pas mal et qu’il s’amuse comme un petit fou en voulant lui aussi aider. J’ai quelque peu du mal, avec mon bras, fort heureusement ça ne nécessite pas de le tendre, ce serait pire, j’arrive à me débrouiller et même à me confectionner avec l’une des tiges métalliques restantes, de quoi ouvrir les coquilles, ou du moins m’aider à le faire.

Je le regarde de temps en temps, vraiment, il n’est pas si mal, s’il n’avait pas ce caractère de cochon, sans doute que j’aurais été plus aimable et que je n’aurais pas mis cette carapace que j’ai l’habitude de revêtir quand je me sens menacée, moi ou Min Gyu. Parfois je détourne, car je n’aime pas m’y attarder, mais également pour ne pas me couper ou me faire pincer, ce qui semble le faire sourire. Il rabat ses longues jambes contre lui, puis finalement me pose une question à laquelle je ne m’attendais plus. Sans doute est-il en train de se dire que je ne suis pas si vieille pour avoir un enfant en bas âge et que j’ai encore du potentiel, ce qui me fait sourire... les hommes sont tous les mêmes, je refuse catégoriquement que mon petit ange devienne comme tout ceux-là.

Bientôt trente ans, et vous ?

Il est plus jeune, je l’ai remarqué dans l’avion même, son comportement, mais également sa physionomie. Ce n’est pas pour me déplaire, encore faut-il que le mental suive et parfois j’ai l’impression que non... même s’il est sans doute très intelligent. Je viens à bout de mes coquillages et les dépose dans une des grandes feuilles. Il ne m’a pas écouté tout à l’heure quand je lui ai parlé de toit, j’imagine que ça ne l’effleure pas que je ne peux pas aller couper du bois moi-même ? Je l’aurais volontiers fait si j’en avais eu la possibilité, mais tant pis, nous nous contenterons des serpents cette nuit, et de ce réveil qui m’avait bien fait sourire, malgré sa remarque des plus amers.

Vous comptiez prendre des vacances ?

Ce qui me semble logique, tandis que nous, nous déménagions... nous devions nous en aller, pour essayer d’avoir une meilleure vie, des horizons différents. Je dois dire que c’est plutôt réussi, mais je me demande encore si j’aurais la chance d’élever mon garçon dans un endroit que celui-là, je veux qu’il ait une vie normale... pas en Robinson Cruzoé... Je soupire, peut-être devrions nous écrire dans le sable en assez grand « S.O.S » histoire qu’un avion passant par là puisse nous ramener ?

Je voudrais que nous puissions rentrer chez nous un jour...

Une pensée plus qu’une parole, il n’avait concrètement pas à faire de commentaire, pourtant je m’attendais à ce qu’il en fasse un. Je devais m’adapter à ce mode de vie, mais rien n’y faisait, ce n’était qu’une façade ça aussi, j’y étais contrainte, ce n’était pas réellement un plaisir de finir ma vie seule avec mon garçon qui le serait tout autant... bien sûr il y a ce jeune médecin, mais je me demande s’il restera lui aussi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Lun 11 Mar 2013 - 1:27

Ouais j'avais fait une bonne estimation ,elle ne veut pas clairement dire son âge mais son "bientôt trente ans " veut tout dire, c'est une vieille à en devenir . Je ne comprend pas ces femmes qui refuse obstinément de donner leur âge, surtout que pour la plus part chaque années se comptes sur leur tronches alors pourquoi nier l'évidence? Bon là elle a fait l'effort de me répondre parce que je sais qu'y'en a qui élude directement la question . Je trouve ça vraiment ridicule .

"25 ."

Nous les bonhommes ont se prend pas la tête, surtout qu'on a souvent tendance à croire qu'un homme ça doit être âgé pour plaire, on est un peu comme le vin , on se bonifie avec le temps . Elles , elles se dessèches juste .
SaeHee finit enfin de séparer tout les mollusques de leur coquilles et c'est pas trop tôt. J'observe la petite montagne visqueuse qui s'écroule par endroit, j'ai limite des haut de cœur, j'espère qu'une fois cuit ça passera mieux . Je me relève et prend la large feuille qui contient nos denrées , je lui fait cette fleur parce que j'ai bien vu qu'elle souffrait, mais elle ne veut pas se faire plaindre. Elle a certainement compris que je n'étais pas le genre de mec à m'attendrir mais je suis aussi médecin et je ne peux pas négliger la souffrance d'un patient, même si ce dernier ne me rémunère pas et ne me donne carrément pas envie de le soulager. Je vais attendre de retourner sur notre campement de fortune et de remettre un t-shirt avant de l’ausculter, elle se sert beaucoup de ce bras alors qu'elle ne devrai pas .Même si ça m'emmerde je vais devoir donner du mien pour qu'elle se ménage, mais je serai clair dés que je remarque qu'elle en profite je la largue elle et son môme en n'oubliant pas de lui redeboiter le bras.

"Non ,j'allais voir ma mère à un de ses spectacles. "

Ouais, et il aurai du se dérouler ce soir ...Je ne le verrai jamais, je ne la reverrai plus non plus . je ne pense pas que mes parents soient tristes, ils m'ont aimés parce qu'ils étaient normal de le faire, juste le minimum pour ne pas être juger par les autres parents, mais je le sais au plus profond de moi, je n'étais pas un enfant désiré , je n'étais qu'une gêne.Je comprend un peu mes deux géniteurs, après tout je n'ai pas été un gosse facile même si j'étais brillant à l'école une fois à la maison je montrais mon vrai visage, celui d'un morveux totalement frustré et bridé par les règles trop stricte qu'on le forçait à suivre . Peut être que ma mère sera anéantit par l'annonce du crash de l'avion, j'ai envie de me dire que je ne suis qu'un con qui me fait des idées, qui a besoin de faire sa victime pour se sentir intéressant mais mon cœur n'y croit pas trop .
Mes parents porterons mon deuil le temps que les médias se lassent de se fait divers, ensuite je ne serai plus qu'une petite boite dans leur placards qu'ils ouvriront les premiers années aux anniversaires pour se souvenirs puis qui finira oublié , voir jeté.


Alors que le silence avait repris ses droits entre nous il a fallut qu'elle le brise, de cette manière en plus . Non pitié on va pas sortir les mouchoirs et s'étreindre pour se réconforter? ça me dégoute quand les choses tournent au mélo-drame là ça va cinq minutes, ouais on veut tous ce tiré, perso j'ai pas envie de finir mes jours ici mais on est là on est là, qu'elle nous fasse pas déprimer à coup de parole si lourdes. Je la dévisage sans pouvoir cacher mon désappointement, si elle savait o combien je la trouve nunuche elle risquerai de me crever les yeux avec sa tige en fer .Cependant je ne peux pas nier le fait d'avoir fait le même vœux, mais il est tellement naturel de le penser quand on survie à un crash et qu'on se retrouve perdu en pleine océan que je trouve idiot de le signifier .


On retourne à notre campement et je m'empresse de vider la feuille dans la casserole improvisé, qui chauffe encore sur le feu, ma boite à bento . Les flammes se ravivent d'elles même au contactes des aliments.
Je m'éloigne vers mon sac, je me suis volontairement mis à l'écart des deux autres j'ai besoin d'avoir mon propre espace pour pouvoir réfléchir ,mais surtout respirer .J'ai passer toute ma vie seule, depuis ma plus tendre enfance jusqu'à aujourd'hui alors il est difficile pour moi de concevoir devoir tout partager avec cette inconnu et demi .




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Lun 11 Mar 2013 - 21:27

Ça l’écoeure autant que moi ces monstruosités, c’est rassurant. Je me demande même comment il a réussi à les pêcher sans faire cette tête. Je ne m’en lasserais pas, mais en échange je suis certaine qu’il ne se lassera pas de la mienne non plus, quelles jolies grimaces ! Je me tais, je ne sais plus quoi dire, puis il finit par me demander mon âge, chose que je révèle sans grande hésitation, si ce n’est le fait qu’il va surement faire des commentaires ou... les garder pour lui, ce qui n’est pas non plus une bonne chose de mon point de vue. Je lui retourne la question, il n’y a pas tant de différence entre nous, cinq années... lorsqu’il avait vingt ans, j’ai eu Min Gyu... une constatation idiote, j’avais son âge, tout simplement.

Je demande ce qu’il faisait dans cet avion et j’ai presque aussitôt l’envie de m’excuser, je vois bien qu’il se contrefiche de savoir ce que MIn Gyu et moi faisions, seulement, je ne voulais pas le blesser et je préfère me taire avant de penser à voix haute... que j’aimerais recouvrer une vie normale. Je me mords la lèvre, puis je finis par me lever, ça ne me plait pas ces moments nostalgiques, nous devions faire avec pour l’instant au lieu de regretter les instants passés...

Bien, je vais voir ce que je peux nous préparer avec ce que vous nous avez ramené et quelques fruits.

Je n’allais pas faire de gaspillage non plus, nous avions une bonne réserve, pour trois, j’imagine que deux fruits suffiront étant donné qu’ils sont assez conséquents, nous garderons le reste en dessert ou pour ce soir... il ne semble toujours pas avoir saisi la perche que je lui ai lancée concernant notre « domicile » provisoire, j’allais devoir m’en charger, d’un seul bras, au moins pour pouvoir monter à un arbre, ce serait déjà pas mal. Ainsi, je chercher des couteaux dans mon nécessaire, mais je ne tombe que sur des petits scalpels forts utiles pour mes maquettes. Je soupire... aurais-je plus de chance en lui demandant ? J’en doute, il n’a pas la langue bien pendue... c’est peu dire.

Mon petit ange revient et me regarde, il a ramené un petit poulpe encore vivant qui marque ses doigts de ses ventouses. Je l’attrape, je n’ai pas le coeur à tuer cette chose... ce n’est pas méchant et c’est intelligent comme créature... c’est regrettable de devoir le manger, il est si petit... mais ses tentacules seront délicieuses.

Oh... Min Gyu, tu veux vraiment qu’on le mange ?

Mon garçon me regarde, il a une de ces lueurs dans les yeux, normale pour un enfant, c’est sadique à cet âge-là parait-il... mais je n’aime pas. L’un des inconvénients d’être une mère célibataire : comment dire à son garçon de ne pas regarder les animaux comme des potentielles proies, qui plus est en pleine nature ou nous serons confronté tous les jours à cette éventualité ?

La pauvre créature se meurt... j’en profite pour sortir le scalpel qui sera utile dans ce cas. Il me regarde, attentif, curieux de savoir ce que je vais bien pouvoir faire. Je me mords la lèvre et regarde Choikang... je suis désolé, il va devoir s’en occuper quelques petites minutes, le temps que je lui épargne ça... je suis peut-être une mère poule, mais je ne veux pas faire de mon fils un meurtrier.

Va embêter M. Shim quelques minutes

Je frissonne rien qu’à l’idée des reproches qu’il me fera, mais je m’en contrefiche, ça lui changera les idées autant qu’à moi et je pourrais découper ce pauvre animal sans avoir une paire de petits yeux rivés sur elle... je ne suis pas vraiment sentimentale envers ces choses, mais disons qu’elle mérite un peu de respect dans la mort, comme tout être j’imagine... je soupire et fini par accomplir mon devoir, profitant en même temps d’aller sur la plage pour nettoyer ce dont nous aurions besoin en le mettant sur mon haut, trempé, une fois propres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Mar 12 Mar 2013 - 21:59

Je renfile un t-shirt, je me sens bien là j'étais gêné d'être ainsi dénudé devant elle parce que même si je suis un mec je reste pudique. J'ai été élevé par une famille très croyante,et j'ai une grande sœur donc je n'ai jamais pu imposer mon corps d'homme ni ressentit le besoin de remuer ma nouille en public . A l'école nous devions prendre des douches communes comme nous étions en interna mais je me débrouillais toujours pour ne le faire que le soir dans ma chambre. Certes je puais la sueur en sortant des cours de Gyms mais au moins je n'ai jamais été bizuter ou moquer .
Le seul point négatif à garder cacher mon corps ? Je n'ai jamais vraiment su si c'était normal d'être aussi mat, d'avoir la cage thoracique large et un sexe de cette taille puisque je n'ai jamais pu comparer avec des jeunes de mon âge. Mais je m'en porte bien, car en grandissant j'ai résolu ces questions existentiels , le corps mat c'est parce que j'ai des origines indiennes, la cage thoracique assez large c'est tout simplement parce que je l'ai développer en entrant dans un club de natation dés l'âge de sept ans et mon sexe bah....il est d'une taille vraiment respectable je n'ai pas a en avoir honte vu ce qu'en dit les sites recensant les moyennes du monde entier~.

Je quitte le rondin de bois sur lequel j'étais assit et pars jeter un coup d’œil à ce que fabrique SaeHee et son petit, mais dés que j'aperçois une tentacule je tourne les talons et m'éloigne vers la plage.
Ces machins me dégoute, ça remue et ça se fixe sur votre peau, comme de mini sangsue, je ne comprendrai jamais ces personnes qui en consomme, encore plus quand ces bestioles visqueuses sont encore en vie, je sais de quoi je parle quand j'étais interne en Urgence il y avait toujours des abrutit qui venait avec un poulpe coincé dans la gorge. écœurant.

Alors que je faisais les cent pas sur la plage, les mains dans les poches shootant dans le sable le petit morveux c'est ramener en courant criant que sa maman lui avait dit qu'il pouvait m'embêter. Je grince des dents en accélérant le pas, mais à cinq ans ces petites merdes savent courir correctement ! Je m'arrête, il tape sa tête dans ma cuisse me faisant rire et lui presque chialer. Je me retourne et lui agrippe le poignet, le trainant derrière moi jusqu'à m'arrêter près de l'eau . Je m'accroupis et commence à remuer le sable , il me regarde faire alors d'un claquement de doigt je lui fais signe de venir m'aider. A cet âge là les mômes ça kiffe ce rendre utile, comme si il était d'une grande aide avec leur tout petits membres et leur concentration approximative.

"Là tu creuse la tranchées de l'autre cotés..Le sillon ! Putain fais un troue long ça ira "

Ouais ils sont limités niveau vocabulaire aussi et je n'aurai pas de mal à m'adapter, j'ai l'habitude à l'école comme à la clinique de parler comme un demeurer pour ne pas perdre mes interlocuteurs, ils sont tous bien cons j'ai l'impression d'évoluer dans un nids d'idiots et c'est parfois très fatiguant.
Alors que j'étais en pleine construction d'un grand château il commence à me tourner autour, à s'esclaffer à la moindre amélioration apporter à l'édifice, si bien que je sature :

"arrête de tourner comme ça ou sinon j't'attrape par les cheveux et jte tord dans tout les sens jusqu'à ce que tu crèves sous la souffrance !"

Il me fait des gros yeux, je crois qu'il a compris qu'il risquait gros si il continuait à foutre la merde alors il se rassoit près de moi et reste calme, bouh un peu de silence c'est pas du luxe .
Voilà j'ai finis mon chef-d’œuvre , un palais orientale avec ses jardins ses balcons et ses coupoles arrondies .. Je suis assez content de moi .



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Ven 15 Mar 2013 - 22:14

J’allais lui parler, mais il s’est enfuit au moment même ou il a vu le poulpe, pourtant assez petit, même si suffisant pour une salade ou quelque chose dans le genre. Je souris, légèrement amusée puis envoie Min Gyu pour aller l’embêter, chose qui ne lui plaira surement pas, mais je ne laisserais surement pas mon garçon devenir un monstre. Je me mords la lèvre et laisse donc filer le petit qui... semble s’amuser. De loin, je le vois construire un château de sable qui est assez grand et bien fait, mais ce n’est que de loin. Je me rappelle lors de certaines vacances à la mer ces constructions que je me suis amusée à faire et qui on tellement plu à mon fils, autant le dire j’apprécie lorsqu’il m’admire de la sorte.

Je le vois, il ne sourit pas et je m’inquiète. Je me dépêche et nettoie notre « futur » repas, qui n’est pas encore cuit, avant de venir les rejoindre. ça ne lui ressemble pas de rester assis de la sorte, mais peut-être qu’il est assez captivé. Pris d’une jalousie surement maternelle je m’approche et pose mes mains sur ses épaules avant de lui sourire et de l’embrasser sur la joue, tendrement.

Merci dis-je, je lui avais imposé le petit, mais il semblait s’y être fait... et avoir fait preuve d’un peu d’autorité, j’espère qu’il n’a pas été trop dur, après tout ce n’est qu’un enfant et vu son savoir faire... autant dire que je n’ai pas trop confiance, même si pour l’instant il n’y a pas eu d’incident réellement à ce niveau là.

Je m’assois pour profiter un peu de la mer, même si nous avons tout le temps je suppose pour le faire. Cette question du toit me revient en tête, je suis architecte après tout et je n’ai pas l’habitude de ce genre de conditions de vie, bien que pour l’instant ce ne soit pas des plus pénible, j’ai peur que la situation empire, j’imagine pire que cela encore, nous avons de la chance pour l’instant, mais pour combien de temps ? Je soupire, puis essaye de ne pas trop y penser, prévenant d’ailleurs les deux garçons.

Le repas est prêt, il en restera surement pour ce soir, je vous préviens, il faudra vous contentez de cela, alors mangez... même si ça n’a pas l’air appétissant

J’avais fait au mieux avec les moyens du bord, et ce n’était pas mauvais, j’ai toujours adoré les fruits de mer et Min Gyu aussi, je n’en sais rien pour Choikang, mais il a tout intérêt, au pire, il y a un peu de tout restant, s’il préfère ça cru... ou bien des fruits, c’est à lui de voir. J’espère qu’il se donnera au moins la peine de goûter que l’on ne gaspille pas après tout. Nos plats sont des noix de coco, au préalable « coupées » difficilement par mes soins et mon petit couteau suisse... toujours utile, mais bien peu pratique en comparaison d’un grand couteau, à défaut de pouvoir en avoir un... je me demande si nous avions des spécialistes dans l’avion... simple curiosité qui m’anime de savoir si nous pouvions récupérer des ustensiles.

Je retourne à notre « base » pour fouiller un peu, sans défaire les paquets pour finalement tomber sur un emballage qui m’attire, car généralement ils sont réservés aux armes blanches et qui plus est, gardés dans la soute pour plus de sécurité. Chose assez satisfaisante que d’en trouver au moins un ! Concernant les plats et les assiettes... nous feront avec, l’épaisse feuille avec laquelle je n’ai pas pu tresser, car elle était bien trop courte est découpée en trois, nous procurant ainsi des cuillères de fortune. Fière de moi, je récupère mon fils qui me regardait surement de lui, chercher, fouiller, aller et venir d’un endroit à l’autre et qui applaudit. J’ébouriffe ses cheveux, le gardant contre moi avant de regarder le jeune homme qui nous accompagne dans cette aventure... j’espère qu’il n’y aura aucune remarque désobligeante. Je frissonne, puis profite pour enfiler un gilet un peu plus chaud par-dessus mon haut. Vers midi, et à force d’inactivité sur mon bras, le temps se rafraichit pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Lun 18 Mar 2013 - 21:49

Concentré dans ma construction je ne fais plus attention au mioche qui s'est d'ailleurs curieusement calmer . Pas de mystère, ce sont mes menaces qui ont fonctionné, si jeune il a déjà bien comprit la signification de mes mots preuve que son hystérique de mère a déjà dû lui en proférer de similaires . Je le savais qu'elle était dangereuse ,une folle furieuse je vous le dis moi !
Bien sûr quand les choses se passent bien il faut toujours que quelque chose ou quelqu'un vient tout foutre en l'air et ce trouble fête n'est personne d'autre que cette idiote qui se ramène, j'ai fais la nounou car j'y étais contraint mais qu'à l'avenir elle se débrouille seul, je suis pas la roue de secoure quand mademoiselle à des petites affaires à régler . Je me demande d'ailleurs comment elle fera quand elle arrivera à la fin de son cycle, je vais bien rire si elle vient me demander si elle peut utiliser des feuilles de bananiers sans courir le risque d'attraper une infection, je suis pas génico !

Un frisson de dégout me parcourt l'échine, j'avais peur des filles à l'adolescence je pensais qu'après leur menstruation on les perfusait pour leur réinjecter le sang perdu, j'étais con mais finalement ça reste dégueulasse et trop mystique pour moi. je ne lui accorde même pas un regard quand elle lâche un merci qui à dû lui arracher la bouche ni quand elle prend place près de moi. Rapprochement inutile, je n'ai pas envie de devenir familier, si jamais je dois me la faire c'est vraiment parce que je serai au bord du suicide, elle est très attrayant mais Dieu qu'elle casse les couilles.

Elle est venue accompagnée de bonne nouvelle, elle a enfin fini de faire à bouffer, pourquoi elle est resté alors? Elle pensait que j'allais lui sauter dessus ou la porter en triomphe ? Je ne peux pas m'empêcher de relever la tête pour lui adresser un regard détacher, qui signifie clairement "qu'est ce que tu veux que ça me foute? Apporte le moi plutôt au lieu de gaspiller ta salive ."
Je ferme les yeux pour me contrôler et arrive après un temps à lui faire un petit sourire , très faut certes mais elle s'en contentera .

"J'arrive"

Elle fixe trop mon château et ça m'embarrasse,alors quand je me relève pour la suivre je n'oublie pas de foutre un grand coup de pied dans ma construction ,j'ai besoin de me détendre, trop de colère afflux dans mes veines je dois calmer mes nerfs avant de les rejoindre sinon je vais les tuer , je suis une personne très violente qui contrôle tant bien que mal sa frustration, la plus part du temps je la garde enfouit au plus profond de mon être mais y'a des jours comme celui-ci où je suis plus sujet au crises que d'autre .
Si elle me voit aussi impulsif c'est clair qu'elle ne voudra plus de moi sur notre campement de fortune, cette conne pensera certainement protéger son gosses en faisant ça mais il n'en sera rien ,je ne fais que du mal au objet ou a moi même quand ses épisodes surviennent .
Sans un mot je prend place près du feu et la gratifie d'un "merci" presque murmurer lorsqu'elle me tend la coque d'une noix de coco rempli de petit coquillage et morceau de fruit . Je mange sans rien dire le regard rivé sur mes pieds nus , sales et blessés.

Après le repas qui s'est passé dans le silence le plus complet j'ai décider de faire un petit effort, car j'anticipe le moment ou Madame me tapera sa crise . Je viens vers elle sans appréhension, je peux la mettre à terre si je veux et l'enterrer elle et son marmot ou les foutre au feu pour pouvoir me chauffer . Elle gesticule partout alors , peu patient j'attrape brutalement son bras valide et la retourne vers moi . Elle c'est couverte alors qu'il fait toujours aussi chaud et lourd, les sourcils froncés je glisse une main sur son front, elle a de la fièvre pourtant son teins et livide et les quelques goutte de sueur qui perlent sa peau, sont glacés …

"Votre bras , il vous fait mal? Est-ce que vous pouvez bouger les doigts? "

Doucement ma main moite glisse sur son avant bras puis sur son poignet blessé, tout ça est trop enfler ce n'est pas bon signe .

"Vous sentez lorsque je touche? "


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Mar 19 Mar 2013 - 21:28

Il ne dit rien, comme je m’en serais douté, il ne me regarde même pas. Min Gyu me rejoint et finalement, nous attendons, car je n’aime pas manger en décalage avec mes « invités » et bien entendu, c’est une chose qui ne se fait pas même sur cette île... c’est même à éviter, car cette pratique suscite la faim de l’autre et vu que nous manquons de nourriture, ou du moins de moyens, évitons de nous affamer bêtement.

Il a ce petit air suffisant, méprisant que je préfère éviter, car à défaut de pouvoir l’étrangler avec le bandage de fortune sur mon bras blessé... je ne préfère pas entrer dans son petit jeu, de toute façon c’est assez puéril... et je suppose que l’insulter mentalement me suffit amplement... ou peut-être bien que non, mais jusque-là, je supporte et je vais faire en sorte, pour le bien-être de tous, que ça se passe ainsi.

Nous mangeons et le mélange n’est pas si mauvais, mon garçon est vorace et aime ce qui est préparé, ce qui me ravit, car un enfant à tendance à bien plus facilement rejeter ce qu’il n’aime pas, qu’un adulte, encore que j’ai des doutes concernant Choikang... je suis persuadée qu’il n’aurait eu aucune gêne à laisser le contenu de sa noix de coco si ça ne lui plaisait pas... sauf peut-être dans ce genre de situation. Je ne préfère pas m’embrouiller l’esprit une minute de plus et enfile un gilet souple, mais épais pour mon bras. Mon médecin personnel s’approche alors pour prendre ma température, il doit s’inquiéter, mais seulement en tant que médecin. J'en frissonne néanmoins, peu habitué au contact, qui plus est... ne m'y attendant pas de sa part, même s'il est médecin, il reste le râleur qui partage ma vie sur cette île.

Je me demande comment il s’en sort... car avec son caractère et le peu d’humanité dont il fait preuve parfois, c’est assez effrayant. Je penserais même à un dédoublement de la personnalité, docteur Jekyl et M. Hyde. Je ne pose pas trop de questions, il préfère le faire lui et ça m’arrange. Je n’ai pas trop voulu l’enquiquiner jusqu’à présent, mais puisqu’il en parle de lui-même...

C’est endolori... je ne sens pas beaucoup... mais je peux bouger mes doigts

J’espère ne pas avoir mal répondu, du moins qu’il ne me prenne ni pour une chochotte, ce que je ne suis absolument pas, ni pour une folle qui préfère endurer la douleur que de le consulter, ce n’est pas non plus mon cas, je m’aperçois que mon bras a quelques problèmes... pourtant j’ai évité de le bouger, j’ai simplement fait bouger mes doigts pour que la circulation se fasse mieux, est-ce que j’ai eu raison ? Je me pose des questions... cela dit, je profite de son calme et de son silence, du moins, l’absence de ses remarques, car c’est assez rare et même lorsqu’il n’en fait pas, je sens son regard pesant me reprocher quelque chose dont je n’ai aucune idée...

Est-ce que tout va bien ?

J’étais tentée de rajouter un « docteur », mais ce petit ton ironique aurait laissé suggérer que je ne le prenais pas au sérieux, alors que de ses compétences, je ne doutes absolument pas, comme il ne doute à présent plus des miennes, j’ose l’espérer. Mais son altruisme quasi absent m’exaspère, je ne conçois pas que l’on soit médecin et aussi peu compatissant... ou aimable, appelons cela comme on le souhaite après tout.

Min Gyu s’inquiète lui aussi et je lui souris, lui caressant la joue de mon bras valide, je n’ai rien, du moins j’espère... et j’espère aussi qu’il aura assez de tact pour ne pas révéler à mon garçon que sa mère à des problèmes... s’il y en a. J’essaye quelque peu de changer de sujet, pour montrer à mon fils qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter, je n’aime pas quand il pleure et encore moins lorsque c’est de ma faute...

Vous avez aimé... le repas, j’espère ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Ven 22 Mar 2013 - 19:39

Je crois que son muscle est encore froissé, elle doit avoir très mal ,tellement que finalement la douleur n'est presque plus perceptible ni même localisable .Je ne peux malheureusement rien faire, en plus le règlement de vol ne m'a pas permis de prendre ma trousse contenant des antidouleur et des anti-inflammatoire, je n'ai pas suffisamment de matériel pour la soulager . Même si ça va lui faire mal ,que se sera désagréable et qu'elle voudra me tuer je dois la forcer à stimuler son bras pour nous assurer qu'il retrouvera toutes ses capacités une fois guéri.

Elle me regard, je souris en coin elle s'inquiète mais je peux la comprendre, quand on se froisse un muscle dans la vie de tout les jours on s'en alarme pas,car on sait qu'avec quelques comprimés et du repos tout rentrera dans l'ordre en moins de dix jours, mais là perdu au bout du monde sans solution médicamenteuses et évoluant dans un univers hostile et saturé en humidité c'est clair qu'on peut s'inquiéter plus vite et à juste titre .
Je nous fais reculer, un bras barrant son dos pour la faire avancer sans qu'elle ne trébuche et l'autre main toujours poser sur son avant bras blessé.
Je prend place près du feu et la tire contre moi, elle a l'air un peu troublé ou gênée mais c'est le médecin qui agit là , je ne veux pas profiter de ses faiblesses hein qu'elle se déride un peu . Doucement je retire le brassard qui entourait son épaule et maintenait son bras en équerre puis glisse mes doigts sur sa peau avant de masser un peu plus énergiquement . Il faut échauffer ses muscles pour les stimuler, on éviteras comme ça qu'il s'engourdisse et lui fasse encore plus mal .
Je lui faire plusieurs petit cercle en tournant son poignet, une main soutient toujours son coude pour l'épargner un peu .On fait plusieurs étirements et mouvements puis une fois qu'elle se plaint à demi mot que "c'est chaud dans mon bras" on arrête et je me relève .

"On refera pareil demain , d'accord? "

Je m'essuie les mains dans un vieux t-shirt et baisse la tête pour la regarder, laissant son môme se lover entre ses bras .

"Reposez vous et demandez à votre ...progéniture de ne pas trop vous remuez ni toucher votre bras . Si vous avez soif utilisé la main gauche et ne soutenait rien sur votre bras droit, même si ça vous semble léger d'accord? "

Je tire mon cardigan par la manche et l'extirpe enfin de mon sac, je reviens vers elle et le dépose sur ses épaules, elle à l'air vraiment mal son teint est pale, j'espère qu'elle me claquera pas entre les doigts .
il faut dire que l'endroit où nous nous sommes établis n'est pas approprié, la nuit il y fait très froid, et ce n'est pas bon pour elle ni pour le petit . Nous devrions plutôt monter vers les collines, là l'air sera plus léger et le soleil plus visible.

"Demain, nous quitterons cette endroit d'accord? Ce n'est pas bon pour vous ni pour le petit de rester là . Je rassemblerai vos affaires si vous voulez ."

Tout en disant ça je me saisit de plusieurs branches humides et les jettes dans le feu, les flammes doublent de volumes et me montent presque jusqu'au nez, je me recule les sourcils froncés , putain je déteste cette vie !
J'attrape un gros bout de bois et commence à remuer les cendres, je fixe le nuage de fumée passer aux travers des épaisses feuilles de cocotier .

" et oui, c'était bon même si je ne mange pas souvent de mollusque ."

et c'est peu dire, j'ai horreur de ces merdes mais bon je vais pas faire la fine bouche, tout ce qui est comestible sera avalé, rien a carrer .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 29 ans
ϟ feat. : Son Ye Jin
ϟ DC : Kim Morgan
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Ven 22 Mar 2013 - 21:59

Il me regarde comme le ferait un médecin... c’est troublant, car je n’ai pas l’habitude de cette gentillesse. Il masse mon bras, me force à faire quelques mouvements qui sont assez douloureux, mais je préfère ne rien dire, car ça lui laisserait l’occasion de croire que je suis une femme faible, alors qu’élever un enfant seul devrait déjà être une preuve suffisante. Je me mords la lèvre, plus par réflexe que par envie, j’ai mal, mais aussi, je suis affreusement mal à l'aise, car il est vraiment très proche de moi. J’ai perdu l’habitude de cette proximité avec un homme depuis Min Gyu... c’est assez troublant, même si ce n’est pas réellement ce que je peux appeler « rapprochement ».

Oui, d’accord... merci beaucoup

C’est assez naturellement que me viennent les mots. Il pose sa veste sur mes épaules et me demande de ne pas faire d’efforts. Je souris au mot « progéniture », car il est assez péjoratif, mais je comprends qu’il n’avait pas envie de s’encombrer de lui trop longtemps et qu’il est assez pénible dans une situation pareille, seulement c’est mon fils et je ferais en sorte qu’il ne soit pas un trouble, ni pour lui, ni pour ma santé, qu’il ne s’en inquiète pas.

Je le regarde rallumer le feu, plus que de coutume, le remerciant du regard en gardant mon petit contre moi, prenant soin de ne pas faire bouger mon bras. Il propose que demain nous changions d’endroit et je n’étais pas contre, acquiesçant sagement en ayant l’impression qu’il se soucie de moi, car jusque-là, il n’a montré d’intérêt que pour ma blessure... et je n’aimerais pas avoir à en provoquer une pour avoir un bon jeune homme à mes côtés... je ne le ferais pas bien sûr, c’est une hypothèse, quand je commencerais à rêver de lui crever les yeux, j’envisagerais peut-être la chose. Mais trêve de pensées douteuses, il s’est montré serviable et propose de l’être encore, je ne dois pas faire ma mauvaise langue et accepter sa nature très... changeante.

Une remarque concernant le plat préparé me fait sourire, au moins, j’ai rendu ça supportable, c’est appréciable et je pense pouvoir prendre cela comme un compliment. Je suppose que ce bras m’a bien aidé pour avoir au moins le mérite d’être forte et un peu de sympathie de sa part, mais je n’espère pas que le lendemain soit similaire, ne tentons pas le diable non plus.

Il est bientôt l’heure de se coucher, je prépare donc Min Gyu qui ne semble pas vouloir dormir, mais je suis épuisé... il n’a pas intérêt à bouger, surtout que je ne peux pas le rattraper cette fois. Je le regarde d’un oeil sévère.

Min Gyu... une fois... deux fois.... ne m’oblige pas à dire trois... tu vas te prendre une rouste !

Je me mords la lèvre et finalement, il revient, mais il continue son petit jeu, excité comme une puce. Je soupire, le regarde droit dans les yeux, il n’a pas intérêt à désobéir.

Sois sage, il faut dormir, je suis fatiguée... et je pense que M. Choikang aussi

Je le couche rapidement, mais je ne dors pas malgré la fatigue, peut-être est-ce le moment de parler au calme avec lui... seulement, je n’ai aucune idée de quoi, étant donné que sa vie hors de cette île avait paru être un sujet difficile, ce que je conçois totalement du fait que l’on manque à certaines personnes... que l’on se retrouve sur un bout de terre, seuls... sans le moindre petit espoir de retour. C’est désespérant, je préfère aborder d’autres sujets et je cherche bien, avant de mettre ma main sur ma bouche pour bailler et épargner au jeune homme ma grimace.

Je me mords la lèvre et à défaut de pouvoir trouver un sujet, je préfère me taire, c’est la moindre des choses, je ne lui imposerais pas de questions stupides, car j’en ai horreur moi aussi, tout comme lui, j’imagine... même si parfois, elles viennent naturellement, mais c’est assez différent. Ainsi, je reste auprès du feu, profitant de la chaleur de sa veste, assez confortable qui couvre la plupart de mon corps replié sur lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ϟ âge : 25
ϟ feat. : SHIM Chang Min
ϟ DC : Nam Loe
ϟ messages : 29

MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   Sam 23 Mar 2013 - 1:30

Hm moi je veux bien me proposer pour lui en coller une au gamin, la claque que je rêve de lui donner sera tellement puissante qu'elle nous le fera voler par delà les cimes des arbres .Mais bon je pense pas que ça amusera beaucoup notre (vieille) mère célibataire. La nuit est tombée si vite, en à peine une demi-heure le soleil avait finit de descendre sur l'horizon,nous plongeant ainsi dans un noir peu rassurant ;mais en même temps qui se sent à l'aise quand il n'y voit plus rien?

Tout le monde s'installe pour dormir, je le sens qu’elle a envie de parler mais pas moi ,ce n'est pas parce que je ne lui ai pas lancé de réplique acerbe depuis la fin du repas qu'on va se confier nos petits secrets au coin du feu hein, qu'elle s'y croit pas trop. Je m'allonge de l'autre coté du foyer, serrant mon sac de voyage contre moi vu que je lui ai prêter ma veste en laine , elle tient chaud qu'elle en profite !
J'ouvre un œil me sentant observer, je croise son regard regard à travers les flammes orangées, on se fixe un long moment sans savoir quoi faire, ça m'endors même je lutte puis finis par me tourner, dos à elle et m'endors sans lui souhaiter la bonne nuit .

¤¤¤

Le lendemain je me réveille le premier je lui ferai remarqué ça c'est sur mais pour le moment je m'affaire à ranger tout mon bardas, il fait beau et encore assez frai pour pouvoir s'aventurer dans cette foret tropical ,passé midi on ne pourra plus avancé beaucoup , et avec son bras elle risque rapidement de faire un malaise, la chaleur et le manque d'eau ne font pas bon ménage avec ce qu'elle a .
Quand j'estime les avoir laisser suffisament se reposer je m'approche et les secoue, sans douceur, c'est son bras gauche elle à pas mal normalement. Le petit commence à me faire un caprice, il me sort des larmes de crocodiles dans l'espoir de me faire céder, mais il me connait encore très mal, je vais vite lui faire comprendre que je ne suis pas le genre de type à me laisser attendrir.

"Arrête gamin ou sinon j't'enterre dans le sable."

Ça marche parfaitement ,il arrête presque instantanément ses jérémiades et se met debout, il chancèle un peu sur ses petits pieds mais ne pipe mot. Ouf ça fait du bien ,il doit pas être habituer à recevoir des ordres de la part d'homme, voilà on en retourne à ce que j'avais dit, pour qu'un enfance soit équilibré il doit forcement avoir deux parents ,les mères sont trop laxiste et ça donne des gamin pourri gâté, rien cas voir celui là .
La princesse émerge enfin,je grimace en la regardant bailler, elle est bien élevée elle a mit la main mais c'est juste sa tête qui m'a dégouté.

"Ne trainez pas, j'ai déjà fait vos sacs, nous allons commencer à marcher."
Je lui tend un petit sac assez léger qui contient plusieurs vivres et deux petites bouteilles d'eau puis l'aide à ce mettre debout .Je me tourne vers le gamin et viens m'accroupir devant lui, attrapant ses poignets pour être sur d'avoir toute son attention :

"écoute , Min truc, tu vas essayer de marcher tout seul en faisant attention sur quoi tu marches ok? T'es un homme pas vrai? Alors pleurniche pas pour un rien et sois pas trop curieux parce que si jamais tu te fais mal en te faisant mordre ou piquer, bah on sera obliger de t'abandonner, et tu te feras bouffer par des monstres hideux ".

Je tapote sa tête tout en me redressant, voilà une bonne chose de faite. J'évite volontairement de regarder SaeHee , elle doit afficher un air outré, tout ça parce que j'ai osé menacer ce microbe, le terroriser avec les paroles que j'ai proféré mais là j'ai pas le temps de jouer a la nounou toute gentille qui explique les choses en faisant des dessins dans le sable .


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: A second wind, a second chance. An after.   

Revenir en haut Aller en bas
 

A second wind, a second chance. An after.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [résolu]probleme nuvi 255wt
» [résolu] Optimisation PC HP sous windows 7
» Earth, wind, water and fire
» Lèves-vitre électrique : à mon tour !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where am I :: 
THE ISLAND ∞
 :: ↬west :: Forêt
-