WAI FERME SES PORTES ;o;
Plus d'infos ici

Partagez | 
 

 Wake up, there's no need to be scared

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Wake up, there's no need to be scared   Mar 5 Fév 2013 - 4:20

Jo Han Byul & Kwon Hae Li


    || Wake up, there's no need to be scared

    Une autre grosse journée venait de se terminer. Venant d’arriver sur l’île, je trouvais que c’était pas mal difficile… Avec ce rapide changement de mode de vie, je n’avais pas eu le temps de m’habituer encore. J’allais m’y faire… pour l’instant, je prenais ceux qui étaient déjà là à mon arrivée pour des modèles. J’observais leurs faits et gestes pour savoir ce que je devais faire, comment je devais me rendre utile. J’observais tout. Je laissais mon orgueil de côté et je posais mes questions à la première génération de perdus sur l’île. On m’a appris que je ne pouvais pas entrer dans les cabanes toutes faites facilement qui appartiennent déjà à des gens… Okay alors, avec tout mon courage et ma détermination, j’allais me bâtir un abri toute seule en attendant… mais ce n’est pas une chose facile, oh ça non ! Bref, c’est ce que j’ai fait toute la journée. Je me suis trouvé un coin tranquille, près des cabanes, pour rester tous ensemble… on est quand même une petite société, on est quand même tous perdus, il faut s’entraider et rester ensemble pour être un groupe solide si jamais il nous arrive quelque chose. Ça pourrait être dangereux. Étant assez débrouillarde, j’ai réussi à trouver ce qui faisait mon affaire pour débuter ma petite construction. Construire toute seule, c’est nul, et ça prend énormément de temps. Je ne comprends pas pourquoi les «anciens » ne veulent pas de moi dans leurs cabanes… parce que je viens de débarquer ? Pourtant, je ne fais pas ma princesse, j’ai du caractère et je ne suis pas si dérangeante que ça… je suis un bon morceau pour une équipe, disons. Et pourtant… Ils verront bien mon petit abri en attendant de me trouver une bande pour, à notre tour, faire une belle cabane dans les arbres, comme j’ai déjà fait avec mes deux grands frères dans notre cours derrière la maison ! C’était tellement chouette, et j’avais même mon petit côté fifille et rose dans la cabane. Enfin bref… tout ça me manque.

    Le soir venu, j’ai arrêté mon travail acharné. Je le méritais bien après tout. J’avais assez bien commencé, mais ce n’était pas assez fini pour que je puisse dormir à l’intérieur cette nuit. J’allais donc devoir me trouver un autre coin pour dormir. J’allais probablement dormir dans la même grotte qu’hier. C’était bien, il n’y a pas de vent, et avec le gros chandail super large que Seung Min m’avait prêté pour le voyage, j’étais bien. Ça et mon oreiller en forme de pingouin était tout ce qu’il me restait de… l’extérieur ? C’était tout ce que j’avais pour me souvenir de la maison, de Séoul. À chaque soir, j’allais me coucher à quelque part avec le grand chandail de mon frère et mon oreiller. Et je m’endormais en pensant à mes frères et à mes parents que j’espérais revoir, même si je savais que c’était juste impossible. Au fond de moi, j’y croyais, c’était la seule chose qui me restait pour croire. Ça m’avait complètement détruit à l’intérieur, mais je suis une badass, une dure à cuire, je suis forte, je me montre forte, ça va aller. Je quittai alors le campement, où tout le monde était, près du feu, pour aller me trouver un endroit pour dormir. Je passai près des cabanes, question de voir si mon semblant d’abri était toujours là. Il était encore intact. Je continuai donc mon bonhomme de chemin pour trouver un endroit où dormir. La grotte faisait toujours partie de mes choix, mais je faisais un peu le tour, pour les prochaines fois.

    Puis je revis le même garçon qui, à chaque soirs depuis que je suis atterrie ici, se retirait des autres pour probablement aller dormir. Il semblait toujours aller au même endroit… peut-être que c’était un bon endroit ? Bref, ça m’intéressait de savoir, curieuse comme j’étais. Et puis, pourquoi il se retirait toujours du groupe ? Pour ma part, mon abri n’est pas construit et on me refuse dans les cabanes… je sais bien qu’il y a déjà des groupes de formés, mais bon… quand même. Tant pis. Bref, pour plusieurs raisons différentes, je suivis ce jeune homme de loin. Quand je sus où il s’était posé, je fis le tour de l’endroit pendant de très longues minutes. Ce n’était pas très très loin des cabanes, mais assez. L’endroit n’était pas si pire, vraiment. J’observais tout ce qu’il y avait, en repérant des endroits stratégiques où je pourrais bien – du moins – dormir. Merci, jeune homme inconnu, de m’avoir guidé vers un nouvel endroit pour faire dodo ! Je finis mon petit tour du coin et j’entendis une voix accompagnée de bruits de la nature. Je savais que c’était le garçon que j’avais suivi de loin… Je m’approchai en faisant le moins de bruit possible. Je le retrouvai là, endormi, en train de gigoter. Même s’il dormait, son expression faciale était effrayante. Je n’étais pas capable de regarder la peur qui se lisait sur son visage tellement ça me fendait le cœur. Il y avait vraiment quelque chose qui clochait, et ça me faisait un peu peur. Tout doucement, je m’approchai, et je vins à m’asseoir à ses côtés. Je le secouai un tout petit peu, sans force. En fait j’étais un peu gênée de faire ça… après tout, je ne suis qu’une inconnue pour lui, ça pourrait peut-être lui faire peur, mais moi je m’inquiétais un peu pour lui. Je ne sais pas… il a presque l’air possédé… c’était peut-être dangereux ? Bref, tant pis, je le secouai doucement dans le but de le réveiller et de le sortir de ce qui semble être un cauchemar, ces terreurs nocturnes, j’ai connu ça. Je voulais le réveiller, parce que j’avais vraiment l’impression qu’il souffrait. Je n’ai aucune idée si c’était le cas, mais comme ce n’était franchement pas très beau à voir, toutes ses agitations… non, il fallait vraiment que je le fasse. Je le secouai pendant quelques secondes, jusqu’au temps où il allait se réveiller, probablement en sursautant. Pour ne pas moi-même faire le saut, je me le dis mentalement, parce que c’était fort possible que ça arrive, et je déteste faire des sauts.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   Jeu 7 Fév 2013 - 21:32

The night begins to fall on the island ... Comme toujours je m’éloigne du groupe pour aller dormir, tout en espérant que ce cauchemar ne me réveillera pas. This nightmare which terrifies me every night, since i’m on the island. Depuis que l’on m’a amené ici de force. Ce cauchemar m’empêche parfois de dormir, une bonne nuit de sommeil, je ne sais plus ce que ça signifie « passer une bonne nuit ». Des fois je suis une semaine sans que mon sommeil ne soit troublé, mais ce cauchemar finit toujours par revenir. Sans parler de mes insomnies, qui m’empêche de dormir. Quoique … Elles bienvenues, quand je ne dors pas, je ne rêve pas et donc … Pas de cauchemar. Fichue terreur nocturne ! Quand j’étais petit j’avais aussi peur du noir et je faisais beaucoup de cauchemar, mais c’est passé en grandissant. Since my first day on this island. Since THIS nightmare haunts me. Peut-être que rester sur cette île me fait plus peur que je ne voudrai l’avouer. En fait … Je suis surtout terrorisé à l’idée de ne jamais retourner en Amérique, ne plus revoir ma mère … Never be able to escape these scientists and my father. Je sais que j’ai beaucoup déçu mes parents avec mon comportement … En particulier ma mère, je crois. L’une des seules personnes qui m’ait soutenu pour réaliser on rêve. Before my father comes back from Korea and wastes everything, by sending me to California. Est-ce que ma mère est seulement au courant que je suis ici ? Est-ce qu’elle est complice de mon père ou il l’a fait dans son dos, en inventant une excuse bidon à mon départ ? Peut-être que je l’ai tellement déçu qu’elle n’a pas été contre l’idée de mon père ; à savoir m’isoler sur cette île pour que je travaille avec les gwahagjeog-in. Ici au moins je ne fais pas la fête jusqu’à pas d’heure, je n’ai aucun risque de faire des conneries ou de fréquenter de mauvaises personnes. Ici, mon père peut être au courant de mes moindres faits et gestes puisqu’il connait les hauts placés du projet … On this island, je suis forcé de faire ce qu’il a toujours attendu de moi ; work for the science ...

Je me rends toujours au même endroit. Un coin isolé, assez loin pour que personne ne m’entende marmonner dans mon sommeil. I’m weak in this moments, et je ne veux pas que les autres me voient faible. Then I sleep isolated of the other. When i wake up, sweating and crying, nobody is be able to see me and it’s better. Je dois rester fort face aux étudiants, hors de question qu’il me voit dans un tel état de faiblesse. M’isoler est la seule solution. Je suis complètement exténué, la nuit dernière je n’aie pas dormis à cause d’une de mes innombrables insomnies. Ce soir, je m’endors comme une masse. À peine allongé, déjà dans les bras de Morphée. However... Mon cauchemar ne met pas beaucoup de temps à me rattraper, venant troubler mon paisible sommeil. Je commence à m’agiter et je me crispe. I hate this nightmare ! I’m so weak in front of them. In my nightmare … I’m not a gwahagjeog-in, i'm one of this students. Dans mon cauchemar, les étudiants bloqués sur cette île ne sont rien d’autre que des cobayes pour les scientifiques. Dans mon cauchemar … Je suis attaché sur ce qui ressemble à une table d’opération et visiblement je suis leur prochaine victime. L’un d’entre eux s’approche de moi une seringue à la main. Je sais qu’ils vont me faire du mal, mais je ne peux pas bouger. Je suis complètement piégé. As a mouse in the claws of a cat. But the worst it is when one of the scientists removes his mask to reveal the face of my mother. Dans ce cauchemar, la responsable de ma mort est ma propre mère. Je l’entends me dire qu’elle n’a jamais été fière de moi et que je suis bien mieux sur cette île, qu’avec elle à New-York. De là-bas je ne suis pas capable de la décevoir. Ce n’est qu’une interprétation de mon subconscient, car c’est toujours ce que je me suis dit. Ici, je ne peux plus décevoir ma mère, alors c’est peut-être mieux ainsi. I know that I die in this nightmare, because the heartbeats which I hear stop abruptly before I wake with a start.

But … When I wake up, I’m not alone. There is a girl with me. Je ne cherche pas à comprendre qui elle est, ni ce qu’elle fait ici. Je me jette littéralement dans ses bras pour pleurer. I don’t want that my mother hates me … I want to see her again, I don't want to stay blocked here all my life. La logique aurait voulu que je lui hurle dessus et que je sois désagréable, car elle m’a vu faible, mais là non. Je me contente de pleurer dans ses bras, alors que je ne la connais même pas. Ce gendre de réactions ne me ressemble pas, mais là je crois que j’en garde trop pour moi, un moment je sature ! J’ai l’habitude de ne rien partager avec les autres, sur ce que je ressens. Mes insomnies, mes cauchemars et mes peurs My insomnias, my nightmares and my fears, nobody knows. Except for this girl, now... Je pleure quelques minutes, puis quand mes sanglots se calment je me recule un peu. J’essuie mes joues du dos de ma main et je fixe un peu le sol. Maintenant que je me sens un peu mieux, je pourrais l’envoyer bouler pour lui faire comprendre qu’elle a été au mauvais endroit au mauvais moment, mais je ne le fais pas. This girl doesn’t know me, but … She stayed with me. She let me cry in her arms, and his presence was reassuring. Je ne peux pas la repousser maintenant … Ce ne serait pas juste, alors qu’elle ne m’a pas dit d’aller pleurnicher ailleurs que sur son épaule.

- I’m sorry … I ... commençais-je en anglais, hum … Désolé … Je t’ai un peu pris pour un doudou géant, là.

Un maigre sourire se dessine sur mes lèvres. Un sourire pas convaincant du tout, mais tant pis ! Je me tourne vers elle, les yeux encore tous humides et la respiration un peu haletante.

- Merci d’être restée … murmrais-je.

Et oui … Moi, Han Byul je remercie quelqu’un. J’ai beau être un bel abruti par moment, je ne peux pas nier que cette fille mérite ces quelques mots. Alors …

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   Lun 11 Fév 2013 - 20:33


    Et boom, on se jeta sur moi, comme par surprise. Je ne m’y attendais vraiment pas. Je figeai là, ne sachant quoi faire. Heureusement, ce n’était pas un monstre, une bête, ou peu importe ce qu’on pourrait retrouver sur cette île. Non, en fait, c’est le jeune homme qui ne semblait pas bien dans son sommeil, que j’ai secouai à quelques reprises parce qu’il semblait souffrir, et je détestais le voir ainsi. Bien que je ne le connaisse pas, ça me faisait mal au cœur. Je le secouai, il se réveilla et se jeta sur moi, comme ça, en pleurant. Je devais avoir les yeux grands comme deux billes. J’étais vraiment surprise, je ne m’attendais pas à être prise comme une peluche géante. Je m’attendais à qu’il se réveille, peut-être en sursaut, mais pas à ça. Je ne bougeai pas, je le pris dans mes bras, parce qu’il n’y avait rien d’autre à faire, et puis, il fallait bien le consoler. Il était tout de même un des nôtres. Je disais toujours qu’il fallait rester tous ensemble, être une grande équipe solide. C’est peut-être ainsi qu’on pourra s’en sortir. Tous ensembles. En ce moment, je ne me sentais pas comme une jeune femme de 18 ans. Je flattais tranquillement le dos du garçon qui m’était complètement inconnu. J’essayais de le consoler. Je ne dis rien. Pendant quelques minutes, de longues minutes, je le tenais dans mes bras et il pleurait, de gros sanglots en plus de ça. Quand il commença à se calmer, il se recula et essuya ses larmes du dos de sa main. Je le regardais avec des yeux inquiets. Mais qu’est-ce qu’il a bien pu se passer dans son sommeil pour qu’il pleure comme ça ? Ça m’inquiétait.

    « I’m sorry … I ... hum … Désolé … Je t’ai un peu pris pour un doudou géant, là. » fini-t-il par dire.

    Il me fit un maigre sourire. Ce n’était pas très convaincant, mais je comprenais tout à fait. Il ne me regardait pas, je pouvais deviner que la situation lui paraissait gênante. Quand il se tourna vers moi, je ne fis que lui sourire, comme pour le rassurer. Ce n’était pas grave s’il m’avait un peu prise pour un doudou géant. Après tout, j’ai l’air d’un doudou géant… pourquoi pas. Non, vraiment, ça ne me dérangeait pas. Il avait encore les yeux humides et la respiration haletante, mais il me dit ces quelques mots :

    « Merci d’être restée … » avait-il murmuré.

    Il me remerciait d’être restée… comme si je serais partie, le laissant là, pleurer tout seul. Pff, non, ce n’est tellement pas mon genre. Je suis toujours là pour aider les gens, mais eux, ils ne peuvent pas m’aider, je refuse. J’ai un gros orgueil, je suis au courant, ne vous inquiétez pas, mais je n’ai pas besoin de l’aide de qui que ce soit. Je n’avais pas l’impression d’accepter ses remerciements, pour moi, ce simple geste était justement simple. Je sais bien qu’il y aurait des gens qui seraient partis, beaucoup trop gênés de la situation. Un garçon qui rêve et qui a l’air étrangement possédé, qui se réveille en sursaut après l’avoir secoué un peu, et qui se jette dans les bras, tout en sanglotant… ouais, ce n’est pas tout le monde qui serait resté là.

    « Ne t’inquiètes pas, il n’y a pas de quoi… tu ne semblais pas bien, je m’inquiétais… ce n’est pas drôle ce qu’il t’est arrivé. »

    Je lui souris. Un sourire qui se voulait rassurant. Je voulais qu’il comprenne que c’était mon devoir d’être là pour lui, même si je ne le connais pas. Il m’avait troublé en s’éloignant du groupe à chaque nuit depuis que je suis débarquée ici, contrairement aux autres qui restaient tous ensemble. Je trouvais cela dangereux, même s’il ne se tenait pas trop loin… mais quand même. Ça m’avait troublé, inquiété. Et puis maintenant que je l’ai suivi, et que je l’ai vu gigoter de tous les sens… il fallait que j’intervienne. C’est l’instinct ça.

    « Hum au fait, je m’appelle Kwon Hae Li. Je viens d’arriver ici il y a quelques jours… »

    Je me présentai, en espérant qu’il se présente aussi. Je lui dis que je venais d’arriver ici… je savais qu’il y avait une autre génération qui était là avant moi. Secrètement, j’espérais que le jeune homme était nouvellement arrivé ici… Parce que s’il endurait ce sommeil là depuis presque six mois… c’est dur. Je voulais savoir, c’est tout, voilà.

    « Dis… est-ce que c’est toujours comme ça quand tu dors ? » lui demandai-je.

    C’était peut-être une question indiscrète, mais je suis curieuse, et puis pourquoi pas lui demander quand même. Ça pourrait être grave, c’est vraiment inquiétant. Et puis, s’il dort toujours dans ces conditions… pour le bien-être, c’est vraiment moyen. Non, c’est vraiment nul. Moi-même, je ne saurai quoi faire si ça m’arrivait à toutes les nuits de faire des cauchemars.

    Je finis par m’asseoir en indien, parce que ma position accroupie devenait de plus en plus inconfortable. Je m’assis à côté du jeune homme, prête à l’écouter. En même temps, je jouais un peu avec les manches du chandail de mon grand frère, qui était beaucoup trop grand pour moi, mais si confortable. J’étais bien au chaud avec, heureusement. Quand j’y repense, c’est une très bonne chose de l’avoir maintenant. J’ai bien fait de l’avoir sur moi pendant le voyage, dans l’autobus. Pour ce qui est de mon oreiller en forme de pingouin, je l’avais caché dans mon abri dont je n’avais pas fini la construction. Je tenais aussi à cette peluche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   Dim 17 Fév 2013 - 21:24

    This fucking nightmare again ! I can't take it off of my head ! It's horrible ... Almost every night there is this nightmare to waste my night. I can't sleep quietly ... I wake with a start, as every time. There is a girl by my side … Why is she here ? Je ne la connais pas mais je ne cherche pas vraiment à savoir qui elle est. Je me fais une place de force dans ses bras et j’éclate en sanglot. J’en ai marre de ce cauchemar ! J’en ai marre de ne pas savoir ! J’en ai marre d’être ici ! I juste want to go back in America ! I want to see my mother and apologize to her ! I don’t want to stay here ! Je sanglote sur l’épaule de cette inconnue, qui d’ailleurs ne me repousse pas. Quand enfin j’arrive à retrouver un tant soit peu une respiration calme, je me recule d’elle. J’essuie les dernières traces de larmes qui coulaient sur mes joues et j’essaie de me calmer un peu, mis je suis sûr que mes yeux sont encore tous rouges. J’aurais dû lui dire de partir, de me laisser tranquille … Maintenant elle m’a vu faible … Shit ! J’essaie de sourire un peu, mais mon sourire ne ressemble pas. I try to joke but it’s also a failure. I literally took her like a big teddy bear ... J’espère que ça ne l’a pas trop gênée. Quoiqu’elle ne semble pas l’avoir mal prit, mais je m’excuse quand même. Elle n’avait pas à rester et pourtant elle l’a fait. C’est sûrement pour ça que je ne la rejeté pas froidement, comme je l’aurais fait habituellement. I thank her to be stayed by my side when I cried. Cependant, je fuis quand meme son regard. Je ne me sens pas très à l’aise. D’une d’avoir pleuré devant elle et de deux pour l’avoir prise pour une grosse peluche alors que je ne la connais absolument pas. Je réponds à son sourire, quand enfin mon regard croise le siens. Mais mon sourire reste très faible. Ses mots me réchauffent un peu le cœur. Elle dit que je n’ai pas besoin de m’en faire pour ça … Mais qu’elle s’était inquiétée pour moi. Elle ajoute aussi que ça ne doit pas être drôle ce qui m’arrive. Oh no it’s not. It’s not funny at all. I want to erase this damn nightmare of my head, but i can’t.

    - No it’s not funny … murmurais-je sans vraiment me rendre compte que je lui parlais en anglais.

    Je ne suis pas trop en état de chercher mon coréen. Mes mains tremblent encore un peu et mon cœur bat toujours la chamade. This nightmare always terrorizes me. Even if it is always the same ... Je me réveille toujours en larmes et tout tremblant. I'm fed up with this ... That why some night I try to not sleep at all. No sleep, no nightmare ... Mais la fatigue me rattrape toujours et donc ce cauchemar aussi. C’est un cercle vicieux et sans fin.

    - Nice to meet you Hae Li … I mean … I’m Jo Han Byul ou tu peux m’appeler Jason as you want, ravi de te rencontrer, dis-je avec un petit sourire, je suis ici depuis plusieurs mois en ce qui me concerne …

    I’m here since the beginning. I'm one of scientists of this project. I lie to everyone here … But I haven’t the choice. Tout ça c’est la faute de mon père, soit disant j’avais les capacités intellectuelle pour travailler sur ce projet. Il m’a arraché à mon pays natal, à mes amis, à mes racines et pire à ma mère … I hate him ! Mais Hae Li ne doit pas le savoir. Elle doit croire que je suis un étudiant comme les autres arrivés ici il y a six mois … C’est tout. Je lève les yeux vers elle. J’essaie de m’adresser à elle en coréen, mais j’avoue que je cherche beaucoup mes mots.

    - Hum … No … Ce n’est pas toujours comme ça, mais … La plus part du temps … Oui, je fais ce cauchemar. Sometimes … J’essaie de ne pas dormir du tout, comme ça je ne rêve pas.

    Je ne sais pas pourquoi je lui dis tout ça. J’aurais mieux fait de lui dire de partir … Show her my cold and unpleasant side so that she doesn’t approach me anymore. But instead of that, I’m nice and I confide ... What’s wrong with me ? Ce cauchemar me retourne la cervelle, it’s unbearable … Je suis contente qu’elle soit resté en fait. Elle n’a pas l’air méchante en plus de ça, enfin pas du genre à utiliser les faiblesses des autres contre eux. Pas comme moi en clair.

    - Merci encore d’être restée … Je vais mieux maintenant … You … Tu n’es pas obligée de rester, c’est déjà très sympa de ta part d’être resté alors que je pleurais, tu as sûrement mieux à faire que de veiller sur moi et mes cauchemars.

    Ce n’est pas méchamment que je lui dis ça. Je crois vraiment qu’elle a mieux à faire que de rester ici à supporter mes sanglots. Je lui souris. Un sourire plus assuré cette fois-ci. After … I will try to fall asleep, but i will fail, then ... Je vais me rappeler à quel point l’Amérique me manque et à quel point je déteste mon père de m’avoir fait ça. As usual. Mais dans le fond j’espère qu’elle reste. J’espère que nous puissions sympathiser un peu. Even if i have to hide to her that i’m a scientist … I’m fed up to be alone. I’m fed up of this island … I want to go back to America and bring back all these students to their home. Si seulement je pouvais.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   Mer 6 Mar 2013 - 23:56

Jo Han Byul & Kwon Hae Li



    On dit que la curiosité est un vilain défaut. Par contre, en étant trop curieuse, j’ai réussi à sortir d’un sommeil mauvais le jeune homme que j’avais suivi. Ça m’inquiétait de le voir se retirer des autres à chaque nuit. Le but n’était-il pas de rester tous ensemble pour survivre ? Je venais à peine d’arriver, et sérieusement, ce n’était pas la joie. Je préférais rester avec les autres, même si je ne les connais pas tant que ça. Je croyais, peut-être naïvement, que si jamais il arrive quelque chose, nous serons tous là, ensemble. Je l’avais suivi après avoir terminé mon abri pour aujourd’hui. Il fallait que je me débrouille toute seule pour mon abri… bref, ce n’était pas très fameux pour l’instant. Je ne pouvais même pas dormir dedans encore. Il fallait que je me trouve un autre endroit, sans trop m’éloigner des autres. Ça fait franchement peur ici. Je ne voulais pas rester ici jusqu’à la fin de ma vie. À ce jour, je n’avais jamais connue les vraies questions philosophiques, et pour être franche, toutes ces réflexions que j’arrivais à me faire m’effrayaient. Je ne voulais pas rester ici. Je ne voulais pas m’habituer, je veux seulement rentrer chez moi. Faire des gâteaux avec mon père. Des vrais gâteaux, pas des gâteaux de sable. Ça ne se mange même pas, il n’y a même pas de couleurs, c’est fade, ce n’est même pas beau.

    Enfin bref. J’ai suivi le jeune homme, et quelques longues minutes plus tard, je le retrouve endormi, en train de gigoter comme si sa vie en dépendait. Il n’avait pas l’air d’aller bien, le pauvre. Après l’avoir secoué un peu, il s’est réveillé en sursaut et en une fraction de seconde, je suis devenu un gros nounours géant. Il s’est carrément jeter dans mes bras, et il pleurait. Qu’est-ce que je fais moi ? Je suis restée là en le tenant comme il le faut. Je ne dis rien, de toute façon il n’aurait probablement pas entendu. Il pleurait et ne s’arrêtait pas. Sans bouger, je regardai dans les environs, question de voir s’il y avait quelqu’un. Les autres étaient tous vers la plage, devant le grand feu. Il n’y avait que nous deux. Nous sommes restés quelques minutes comme ça. Il se redressa et essuya les grosses larmes qui coulaient sur ses joues. Il s’excusa. En anglais. J’étais surprise. Par chance, je comprenais assez bien l’anglais pour me débrouiller. Mais le jeune homme se reprit en coréen, ce qui me mit plus à l’aise, parce que je sais que mon discours en anglais n’est pas très très solide. Il me remercia d’être restée. Pour moi, ce n’était pas grand-chose. De fait, j’étais celle qui avait été trop curieuse… mais ça ne semblait pas l’avoir dérangé une seconde. En étant curieuse, j’avais fait ma bonne action du jour. Je lui avais dit que je m’étais inquiétée et que ça ne semblait pas être très drôle ce qu’il vivait. Il me répondit quelque chose en murmurant, probablement en anglais, parce que j’avais mal entendu… Mais comme ça ne semblait pas important, je continuai et me présentai, en précisant le fait que je venais tout juste d’arriver. Je faisais partie de la vague d’étudiants qui venaient d’arriver. Pour moi, ils étaient tous des étrangers, des nouveaux collègues de classe que je ne connaîtrai jamais dans une circonstance normale, soit dans une classe, une cafétéria, … Non. Trop de changement en si peu de temps.

    « Nice to meet you Hae Li … I mean … I’m Jo Han Byul ou tu peux m’appeler Jason as you want, ravi de te rencontrer. Je suis ici depuis plusieurs mois en ce qui me concerne … » me répondit-il.

    Le fait qu’il alterne anglais-coréen me mélangeait un peu. Je me concentrai deux fois plus pour bien comprendre ce qu’il me disait. Il se présenta, Jo Han Byul. Mais si je voulais, je pouvais l’appeler Jason. Ça sort d’où Jason ? C’est son nom anglais ? Peu importe… j’allais l’appeler Han Byul. Il me dit qu’il est ici depuis plusieurs mois. Il est là depuis le début ! Du coup, je lui demandai si son sommeil était toujours très agité. Ça m’inquiétait, ce n’était pas sain du tout. Ça se voyait, enfin après avoir assisté à ça, je le voyais, qu’il y avait un problème.

    « Hum … No … Ce n’est pas toujours comme ça, mais … La plus part du temps … Oui, je fais ce cauchemar. Sometimes … J’essaie de ne pas dormir du tout, comme ça je ne rêve pas. »

    C’était un cauchemar. Ce cauchemar. Un en particulier ? Il me raconta que quelques fois, il essait de ne pas dormir, parce que s’il ne dort pas, il ne rêve pas. Mais ça ne va pas la tête ? Comment c’est possible de ne pas dormir ?

    « … Ça a l’air d’être intense comme cauchemar… Hum… je ne sais pas trop quoi dire. »

    Je ne m’y connaissais aucunement en interprétation des rêves, si c’était vrai. Mais une chose est sûre, c’est que son cauchemar était assez intense pour lui gâcher son sommeil. Les cernes qu’il avait ne m’étonnaient même pas.

    « Merci encore d’être restée … Je vais mieux maintenant … You … Tu n’es pas obligée de rester, c’est déjà très sympa de ta part d’être resté alors que je pleurais, tu as sûrement mieux à faire que de veiller sur moi et mes cauchemars. »

    Il me sourit. Il avait l’air d’aller mieux, mais je n’avais tout de même pas envie de le laisser, tout seul, à peut-être faire encore ses cauchemars qui le mettent dans un état pas croyable. J’étais déjà bien assise en indien, pas question que je me lève et que je parte. Je n’avais pas envie de me retrouver toute seule. Cet endroit me fait si peur, et je suis toute seule… pourquoi pas rester avec Han Byul ?

    « De rien, pas de souci… m.. mais je veux bien rester avec toi. Si tu veux bien… et puis je n’ai pas tellement envie de me retrouver toute seule de mon côté… » répondis-je en bégayant un peu.

    Je jouai avec les longues manches de mon chandail chaud en tombant tranquillement dans la lune, comme je sais si bien le faire, en attendant la réponse de Han Byul. Qui sait, peut-être voudra-t-il rester tout seul et tenter de se rendormir sans trop penser à ses cauchemars ? Même si je n’avais pas très envie de le retrouver en train de gigoter de peur dans tous les sens possibles. Ce n’était pas normal, il y avait quelque chose qui le démangeait à l’intérieur, il y a forcément quelque chose. Ce genre de quelque chose compliqué et abstrait à laquelle je n’aurai pas de solution tout aussi compliquée et abstraite.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

avatar

MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   Jeu 14 Mar 2013 - 16:52

    A nightmare … Again and again … C’est toujours le même cauchemar qui me pourris mes nuits. J’en ai marre de ces nuits troublées et gâchées. Je ne peux pas en vouloir à Hae Li de m’avoir réveillé et de m’avoir vu faible. Je suis même reconnaissant qu’elle m’ait tiré de cet enfer. For me this nightmare is the hell, nothing else. L’enfer dans lequel je suis enfermé une fois la nuit tombée. Je ne sais pas si elle a remarqué mon petit manège de m’isoler toutes les nuits et d’aller dormir plus loin. I don’t want to stay with the other students. Je ne veux pas leurs exposer mes faiblesses alors je m’éloigne. I cried in her arms, j’ai envie de me moquer de moi-même. Moi, qui d’habitude fais toujours tout pour ne pas ne pas me montrer vulnérable devant quelqu’un. Logiquement, je lui aurais hurlé dessus pour qu’elle parte et me fiche la paix, mais là, je me suis littéralement jeté sur Hae Li pour pleurer. Allez comprendre pourquoi j’ai réagis comme ça. Je me calme petit à petit. Mes sanglots s’arrêtent et je m’éloigne lentement d’Hae Li. J’essuie mes larmes et je m’excuse. In english, of course … C’est comme une sorte de reflexe pour moi. L’Amérique me manqué et puis je ne suis pas très à l’aise avec le coréen. I speak better english. Bien sûr je la remercie, c’est le moins que je puisse faire. J’essaie de me forcer à lui parler coréen, même si avec ce qu’il vient de se passer mon coréen risque d’être bancale. Et puis bien sûr il y a cet accent dont je ne déferai sûrement jamais. Quand je parle il n’est pas difficile de voir que je ne suis pas natif de Corée, même si mon physique a des traits asiatiques. Je n’avais jamais mis les pieds dans ce pays avant d’arriver sur l’île. Enfin si … Mon père nous a emmenés en Corée, puis il m’a déposé ici. De force je tiens à le préciser. He thought it was better for me. Is it a joke ? Me séparer de ma mère, de mon pays et de toutes mes racines serait meilleur pour moi ? Fous-toi de moi je te dirai rien surtout … En tout cas lui qui voulait me punir de n’avoir fait que des conneries durant mon adolescence et de ne pas avoir pris sa suite en tant que scientifique, il a réussi. Maintenant je suis prisonnier et scientifique. Il doit être content … Il peut surveiller le moindre de mes faits et gestes, en plus de ça je fais ce qu’il a toujours attendu de moi. I hate him !

    Au final je me mélange vraiment entre l’anglais et le coréen. Je ne sais pas si Hae Li est à l’aise avec l’anglais, alors je me force à parler coréen. Je me présente à mon tour et je lui donne mes deux prénoms. Here, we are in Korea nobody calls me Jason. In America it was the contrary, nobody called me Han Byul. En général j’évite de trop parler de moi, même si je ne révèle que des détails sans importance. En cinq minutes Hae Li sait que je suis là depuis six mois, que je fais des cauchemars qui me pourrissent mes nuits et que parfois je me force à ne pas dormir. It’s not very good for my health, I know, but … It’s a solution, a good solution. No sleep = no nightmare. Quand je dis que je ne dors pas … Je finis toujours par m’endormir aux petites heures du matin, car la fatigue me rattrape, mais je ne dors jamais bien longtemps et je lutte contre ce sommeil.

    - … Il n’y a pas grand-chose à dire … Je dois faire avec même si ça me pourri mes nuits.

    She can’t do anything about it. Hae Li m’a réveillé, elle m’a laissé pleurer dans ses bras et elle est adorable avec moi alors qu’on ne se connait même pas. Alors je ne pense pas qu’elle puisse faire quelque chose de plus, j’ai juste à supporter ces cauchemars. Once again, je la remercie d’être restée, mais que si elle veut partir elle peut le faire. Je ne veux pas la retenir. Je vais un peu mieux. Il ne me reste plus qu’à prier pour que ce cauchemar ne revienne pas quand je me rendormirai, ça arrive parfois. Je ne veux pas la chasser. Je ne veux juste pas qu’elle se sente obligée de rester. Finalement Hae Li me dit que si je veux bien elle aimerait rester.

    - Bien sûr que je veux bien, je ne vais pas te chasser, ce serait bien mal placé de ma part après ce que tu as fait, dis-je avec un petit sourire, je comprends que tu n’as pas envie de te retrouver seule. Cette île à un côté effrayant une fois la nuit tombée …

    Ça peut paraître banal pour certain mais pour moi ça ne l’est pas. This nightmare is really the hell … Heureusement qu’elle a été là pour me réveiller. Ce serait vraiment chouette que quelqu’un puisse me faire sortir de cet enfer chaque fois que j’y entre. Mais je ne veux pas déranger les autres avec mes problèmes et certainement pas les réveiller toutes les nuits en gigotant de tous les côtés. Puis … I don’t want to show my weakness.

    - Je n’ai pas vraiment envie de me rendormir maintenant … Mais si tu es fatiguée tu peux dormir, je ne m’éloignerai pas, I promise !

    Je ponctue ma phrase d’un clin d’œil discret. En fait … J’avais espéré qu’on discute un petit peu … Pourquoi ne pas faire connaissance ? Hae Li a vu ma plus grande faiblesse, je peux m’en faire une amie maintenant et ne pas être hostile avec elle. Néanmoins si elle a envie de dormir, je ne veux pas l’embêter. Pour lancer un semblant de conversation je pose une question totalement innocente. If Hae Li wants to sleep, elle n’aura qu’à pas me répondre et juste dormir.

    - Tu habitais en Corée avant de te retrouver ici ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Wake up, there's no need to be scared   

Revenir en haut Aller en bas
 

Wake up, there's no need to be scared

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bbox THOMSON + Wake On Wan
» Wake On Wan
» CAM + i wish that i could wake up with amnesia.
» Wake on Lan indisponible depuis la maj
» iNet Wol (réveiller votre pc avec l'iPhone)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Where am I :: 
THE ISLAND ∞
 :: ↬South :: Cabanes
-